La Macédoine du Nord vote pour mettre fin à la dispute avec la Bulgarie, ouvrant la voie aux pourparlers avec l’UE

SKOPJE (Reuters) – Les législateurs de Macédoine du Nord ont approuvé samedi un accord négocié par la France visant à régler un différend avec la Bulgarie et à ouvrir la voie à des pourparlers d’adhésion tant attendus avec l’Union européenne.

Par 68 voix, le parlement de 120 sièges a voté en faveur de l’accord. Les députés de l’opposition n’ont pas participé au vote et ont quitté la salle.

« Aujourd’hui, nous ouvrons une nouvelle perspective pour notre pays (…) A partir d’aujourd’hui, nous avançons par étapes accélérées pour rejoindre la famille de l’Union européenne », a déclaré le Premier ministre Dimitar Kovasevsky lors d’une conférence de presse après que son gouvernement a approuvé les conclusions du Parlement. Le gouvernement et l’Union européenne se tiendront mardi.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

L’accord propose de modifier la Constitution de la Macédoine du Nord pour reconnaître la minorité bulgare. La proposition n’oblige pas la Bulgarie à reconnaître la langue macédonienne.

En retour, la Bulgarie autoriserait son voisin des Balkans occidentaux à entamer des pourparlers d’adhésion avec l’UE, et après l’approbation de l’accord, les députés du parti au pouvoir ont hissé le drapeau de l’UE et la Macédoine du Nord.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui s’est rendue à Skopje et a exhorté jeudi les législateurs à voter sur l’accord, a déclaré que le vote « ouvre la voie à l’ouverture rapide des négociations d’adhésion ».

Le Premier ministre albanais Edi Rama, dont le pays a été entravé parce que l’Union européenne a lié ses progrès aux progrès en Macédoine du Nord, a déclaré qu’une délégation albanaise se rendrait à Bruxelles lundi pour entamer les négociations d’adhésion.

READ  Biden s'entretient avec le nouveau chancelier allemand Schulz

Le secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken s’est félicité du vote, affirmant que Washington reconnaissait « les arbitrages difficiles envisagés dans ce compromis, qui reconnaissent et respectent l’identité culturelle de la Macédoine du Nord et la langue macédonienne ».

« Rien n’est fini », a déclaré le chef du plus grand parti d’opposition, VMRO-DPMNE, Christian Mikoski, dont le parti proteste contre l’accord depuis début juillet. Il a ajouté que son parti ne soutiendrait pas les changements constitutionnels qui nécessitent les deux tiers des voix, et le parlement bulgare a opposé son veto aux pourparlers macédoniens avec l’Union européenne le mois dernier. Cela a également déclenché des protestations en Bulgarie et contribué au vote de défiance qui a renversé le gouvernement.

La Macédoine du Nord, une ancienne république yougoslave, est candidate à l’adhésion à l’UE depuis 17 ans, mais l’approbation des pourparlers a d’abord été bloquée par la Grèce puis la Bulgarie.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

(Rapport) Soumis par Fatos Betsy et Ognin Teofilovsky ; Montage par Christina Fincher

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x