La grève de la faim des migrants met la pression sur le gouvernement belge

La grève de la faim des migrants met la pression sur le gouvernement belge

La grève de la faim des migrants met la pression sur le gouvernement belge

30 juin 2021 – 14:05

Youssef Bouzidi, demandeur d’asile marocain demandant à être organisé par le gouvernement belge pour les soins de santé, qui est en grève de la faim depuis plus d’un mois, est aidé par une personne dans une salle du campus de l’ULB, où se trouvent des centaines de migrants. grève de la faim, à Bruxelles Belgique le 29 juin 2021. REUTERS/Yves Hermann

BRUXELLES : La grève de la faim de centaines de migrants vivant en Belgique sans autorisation légale a accru la pression sur une coalition gouvernementale qui équilibre le bien-être des personnes concernées avec la nécessité de respecter les règles d’immigration et d’asile.
La grève de la faim a commencé il y a plus d’un mois dans deux universités et une église à Bruxelles, par des migrants désespérés d’obtenir des titres de séjour légaux pour continuer et améliorer leur vie dans un pays dans lequel certains disent travailler et vivre depuis une décennie.
Pour souligner leur désespoir, certains grévistes de la faim se sont cousus les lèvres cette semaine, n’acceptant que de petites quantités de liquide à travers une paille. Les estimations du nombre de participants s’élèvent à 400, mais le ministre d’État à l’Immigration et à l’Asile Sami Mahdi a utilisé un chiffre d’environ 200.
Al-Mahdi a insisté sur le fait qu’il cherchait à accélérer et à améliorer l’ensemble du système de demande pour les personnes souhaitant rester en Belgique, mais refuse de bouger face aux demandes des grévistes de la faim de traiter leurs cas maintenant.
“Ils disent qu’il y a 150 000 vivant ici illégalement, et 200 personnes qui ont décidé d’arrêter de manger devraient être organisées individuellement ? Quel sera le résultat ? Au bout d’une semaine, vous obtenez 200, 2 000, 20 000 personnes qui feront exactement la même chose.”
“Ce n’est pas la voie à suivre”, a-t-il déclaré à la VRT.
La Belgique, comme beaucoup d’autres pays européens riches, entretient une relation paradoxale avec l’immigration. Depuis les années 1960, beaucoup ont été appelés à agir et à aider à construire des nations à travers le continent.
Cependant, peu d’entre eux ont été pleinement acceptés dans la société et sont souvent devenus la cible de réactions racistes lorsque les économies ont décliné. Beaucoup de grévistes de la faim ne font désormais partie d’aucun programme légal mais ont travaillé dans l’économie grise du pays de 11,5 millions de personnes où ils n’ont aucune protection sociale et sont souvent à la merci d’employeurs sans scrupules.
Les partenaires francophones de l’Alliance socialiste et verte ont appelé à une approche plus flexible qui pourrait donner aux grévistes de la faim une meilleure chance d’obtenir les documents nécessaires, alors que les tensions montent entre les sept partenaires de la coalition qui forment le gouvernement depuis octobre.
Le programme de leur gouvernement n’est pas précis sur la façon de gérer cette situation d’immigrant.
Dans le même temps, les scènes dans les trois endroits à Bruxelles semblent de plus en plus désespérées, certaines personnes étant incapables de se tenir debout parce qu’elles sont devenues trop faibles, ce qui ajoute au sentiment d’urgence pour une solution.

READ  Fact Check - La photo montre les manifestations de 2018 en France, pas de 2021

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

| L'Observatoire du Qatar | All Rights Reserved