La France voit un fort désir de bonnes relations avec le Pakistan après une « période difficile »

La France voit un fort désir de bonnes relations avec le Pakistan après une « période difficile »

L’ambassadeur de France au Pakistan, Nicolas Galle, a déclaré samedi que tout le monde souhaite rétablir de bonnes relations entre la France et le Pakistan après une « période difficile ».

S’exprimant lors d’un événement au Quaid-e-Azam’s House Museum, également connu sous le nom de Flagstaff House, à Karachi, il a déclaré que tous ceux à qui il avait parlé après son arrivée au Pakistan voulaient « tourner la page ».

L’envoyé, qui visite la ville côtière pour la première fois depuis sa nomination au début de cette année, a déclaré que Karachi était une ville fascinante, énergique et dynamique qui ne l’a pas du tout déçu. Il a noté que la France était le premier pays non musulman à établir des relations diplomatiques avec le Pakistan et a exprimé son vif désir de visiter l’ancien bâtiment de l’ambassade de France à Karachi.

Des relations normales entre le Pakistan et la France signifient de bonnes relations et même plus que cela. En tant qu’ambassadeur à Islamabad et mon collègue, le consul général à Karachi, je suis très désireux de continuer à rétablir de bonnes relations. Cela était également évident lors de la récente rencontre entre le Premier ministre Shahbaz Sharif et le président français Emmanuel Macron à New York. Pour aider le Pakistan à faire face aux effets des terribles inondations.

Le diplomate français a déclaré que la conférence serait l’expression tangible de la solidarité des Français car nous sommes encore dans la phase d’urgence d’une réponse internationale à la catastrophe.

Il a ajouté qu’en plus de l’aide humanitaire, la France s’est également jointe à de nombreux appels mondiaux, principalement des Nations unies et de l’Union européenne, pour aider le Pakistan dans les moments difficiles.

READ  Cinq choses que vous devez savoir sur le Conseil de la Choura - Doha News

« Après être arrivé ici il y a des mois, il y avait de bonnes raisons d’essayer d’identifier des domaines de coopération et d’améliorer les relations entre le Pakistan et la France, et j’ai trouvé une approche très réactive et positive de la part de tous les interlocuteurs », a déclaré Ghali. « Il y a ce secteur économique particulier dans lequel nous avons beaucoup à faire et les deux pays peuvent également avoir une très bonne coopération dans les secteurs agricole et laitier. »

Il a déclaré que les relations de la France avec le Pakistan étaient bilatérales et « euro-pakistanaises », les relations commerciales entre les États membres européens et les pays tiers étant réglementées depuis Bruxelles, ajoutant que Paris soutenait les efforts du Pakistan pour obtenir le statut SPG Plus. Il a souligné que les relations du Pakistan avec n’importe quel État membre de l’Union européenne devraient être considérées du point de vue de ses relations avec Bruxelles, où se trouve l’Union européenne.

L’envoyé a déclaré que le nombre d’étudiants pakistanais étudiant en France est tombé à 200 par an, soit trois fois moins que le nombre d’étudiants se rendant en Suède. « Quand on se compare à l’Allemagne, pays qui ne parle pas anglais, on se rend compte que les Allemands accueillent chaque année plus de 4.000 étudiants », a-t-il dit, soulignant la nécessité pour les deux parties de mieux faire connaître le Pakistan dans les universités françaises.

Il a déclaré que des équipes de cinq universités se rendront au Pakistan début novembre pour rencontrer les responsables ici afin qu’ils puissent discuter du programme qui correspond aux besoins des étudiants pakistanais, et ils ont été en contact étroit avec la Commission de l’enseignement supérieur (HEC) pour répondre d’autres questions à cet égard. considération.

READ  L'importance croissante des considérations de mobilité sociale pour les employeurs

Dans son allocution de bienvenue, Liaquat Merchant, vice-président principal du conseil d’administration du musée, a souligné la toile de fond du bâtiment historique.

« La propriété a été achetée par Quaid-e-Azam Muhammad Ali Jinnah en 1943 et était destinée à être sa résidence personnelle. Après sa mort, sa sœur Fatima Jinnah a été autorisée à vivre dans la maison.

Par la suite, la propriété a été vendue au gouvernement fédéral par les administrateurs du domaine de Jinnah et est devenue la propriété du gouvernement provincial après le dix-huitième amendement.

En vertu d’un protocole d’accord, Merchant a déclaré que la gestion du bâtiment avait été confiée à la Jinnah Society et au Conseil des relations extérieures de Karachi, et qu’elle était désormais supervisée par le conseil d’administration. Il a déclaré que le bâtiment était utilisé pour organiser des programmes visant à promouvoir les principes et la vision du Père de la Nation.

Dans son allocution de clôture, le vice-président Ikram Segal a déclaré que l’un des principaux défauts de la politique étrangère et économique du Pakistan est qu’ils n’ont jamais pris en compte et exploité l’influence française présente dans de nombreuses régions d’Afrique au profit du pays. Il a dit que le Pakistan aurait pu coopérer avec des entreprises françaises opérant en Afrique pour apprendre de ses expériences.

Sehgal a salué l’aide humanitaire de la France aux personnes touchées par les inondations dans le Sind et a demandé l’aide du pays, notamment la fourniture d’expertise, pour la construction d’une salle souterraine, d’une bibliothèque et d’un centre audiovisuel derrière le bâtiment.

READ  Président de la FIFA : il y aura un logement pour tout le monde - Doha News

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x