La France, le nucléaire et la transition énergétique dans l’Union européenne – European Council on Foreign Relations

S’il y a une chose que le gouvernement français veut que quelqu’un résolve avant de se lancer dans la présidence de l’UE au début de ce mois, c’est la définition de l’UE de l’énergie propre dans le cadre de l’Accord vert européen (EGD). Compte tenu de l’engagement du gouvernement à maintenir l’énergie nucléaire dans le bouquet énergétique de transition de l’UE – où 70 % de l’énergie de la France est produite à partir de sources nucléaires – il est impossible pour la présidence française d’agir en tant qu’intermédiaire neutre dans un accord aux conditions de l’UE. « Classification de la finance durable ».

Séparément, mais non moins important, il a toujours été clair que l’ancien gouvernement allemand, dirigé par la CDU, pourrait être plus ouvert que son successeur au compromis sur cette question (tant que le gaz est également inclus comme carburant de transition). En effet, la nouvelle coalition au pouvoir en Allemagne comprend le Parti Vert.

Le temps presse donc pour trouver un compromis qui réponde aux besoins de la France. Paris a semblé obtenir ce qu’il voulait avant que les douze carillons ne sonnent à minuit le 31 décembre. La Commission européenne a partagé une proposition visant à classer le financement durable avec les États membres qui classeraient un investissement dans une centrale nucléaire comme vert si le projet comportait un plan, un financement et un site pour l’élimination sûre des déchets radioactifs. (La suggestion était sur place fuite.) Pour souligner le fait que le nucléaire n’est qu’une partie du processus de transition, l’autorité exigera que les nouvelles centrales nucléaires obtiennent des permis de construire avant 2045.

READ  Emmanuel Macron convoque un conseil extraordinaire pour la défense de la santé

Bien sûr, compte tenu des tensions accrues entre les États membres de l’UE sur le sujet, les avantages d’un accord sur ce qui pourrait être considéré comme une énergie propre dépassent les intérêts de la France. Premièrement, si l’UE veut renforcer sa résilience dans la transition mondiale hors du carbone, elle aura besoin d’un engagement collectif pour mettre en œuvre les actions les plus ambitieuses du Guide de politique environnementale (EGD). Étant donné que tous les États membres devront gérer les coûts économiques et sociaux à court terme de cette situation à des degrés divers, il y a un besoin de solidarité au sein de l’UE. Cette solidarité pourrait être compromise par l’approfondissement des divisions sur la classification, les États membres se rangeant derrière la France ou l’Allemagne sur la question nucléaire dans les mêmes groupes qu’ils ont constitués lors des crises financière et migratoire des années 2000. Le camp pro-nucléaire comprend la Pologne, la Hongrie et la République tchèque (le prochain président de l’Union européenne). Leurs adversaires sont l’Allemagne, l’Autriche, le Luxembourg et le Danemark.

La dernière proposition de la Commission – qui classe le gaz et les combustibles nucléaires dans le bouquet énergétique et lie les États membres autour de la mise en œuvre de l’EGD – pourrait servir de plate-forme pour renforcer la définition de l’UE de l’énergie propre. La prochaine étape pourrait survenir lorsque les États membres auront davantage confiance que les preuves ne porteront pas atteinte à la sécurité économique de l’UE, et lorsque d’autres acteurs mondiaux feront davantage pour respecter leurs engagements climatiques.

READ  La France se joint au Japon pour observer la Corée du Nord en mer de Chine orientale

Il est essentiel que l’UE adopte un dialogue énergétique clair dans ses pays voisins

Deuxièmement, un signal clair sur le bouquet énergétique de l’UE est vital pour ses relations extérieures, en particulier dans son voisinage. La Russie et d’autres pays d’Europe de l’Est, la Turquie et les pays d’Afrique du Nord surveillent de près l’issue de cette discussion, espérant avoir une indication de la manière dont ils peuvent renforcer leurs capacités énergétiques pour continuer à exporter vers l’UE. Par conséquent, la réticence de l’UE sur ces questions affecte la sécurité énergétique européenne : si ces fournisseurs commencent à concentrer leur attention sur des marchés moins exigeants, l’UE manquera une occasion de les pousser à développer les énergies renouvelables – sources dont l’Europe dépendra en partie pour son avenir mix énergétique.

Il existe également un danger plus large : de bonnes relations énergétiques sont essentielles à l’impact global de l’EGD. Cela est particulièrement vrai dans les pays du voisinage européen, où des écosystèmes partagés, une pollution transfrontalière et des liens économiques étroits unissent les États membres avec les pays voisins. S’ils peuvent tous s’éloigner du carbone ensemble et de manière claire et coordonnée, cela améliorera les chances de l’UE de persuader d’autres pays tiers d’adopter sa propre législation et ses politiques climatiques communes, ce qui donnera à l’Union plus de poids dans les négociations internationales sur le climat. Bref, il est essentiel que l’UE adopte un dialogue énergétique clair dans ses pays voisins. Le syndicat ne peut y parvenir sans un accord collectif entre ses États membres pour inclure des sources propres dans le bouquet énergétique.

Il y a donc au moins deux bonnes raisons de conclure un accord avec l’UE sur une note budgétaire durable – et de le faire rapidement. Mais, malheureusement, la proposition de la commission semble être un peu trop tardive pour faire le travail. Les gouvernements autrichien et luxembourgeois ont été scandalisés par la proposition de la commission d’inclure l’énergie nucléaire dans la classification – le gouvernement autrichien a même menacé de poursuites judiciaires s’il allait de l’avant. Il y a eu quelques équivoques de la part du gouvernement allemand – les Verts ont pris les armes, et le ministre des Finances Christian Lindner, chef du Parti libéral libre-démocrate, a salué la proposition. Mais le chancelier Olaf Scholz a maintenant souligné que le gouvernement allemand considère l’énergie nucléaire trop dangereuse pour être incluse dans la classification. La dispute devrait devenir l’une des premières grandes batailles pour la présidence française. Paris, qui évalue en urgence les mesures à prendre, ne s’est pas encore prononcé sur la question. Mais à l’approche de l’élection présidentielle française tendue – au cours de laquelle même des monuments nationaux arborant le drapeau de l’Union européenne ont provoqué une protestation de droite – il semble invraisemblable que Paris abandonne sa demande d’inclure l’énergie nucléaire dans son bouquet énergétique de transition.

Il n’y a pas de réponse facile à cette énigme, car les États membres de l’UE adoptent leurs positions sur les sources d’énergie à classer comme largement propres en fonction de leurs différences dans le bouquet énergétique actuel. Mais ils doivent garder un œil sur le plus gros prix : la cohésion autour de la mise en œuvre de l’EGD et s’assurer qu’ils peuvent tirer parti de la décision précoce de l’UE de façonner les incitations à une transition des pays tiers loin du carbone. Dans ce contexte, la Fédération ne peut pas arrêter son cheminement vers le leadership climatique avant qu’il ne commence sérieusement. Pour indiquer clairement qu’elle a reconnu le besoin urgent d’une action climatique, l’UE doit exclure l’énergie nucléaire et gazière de son bouquet énergétique de transition.

Le Conseil européen des relations étrangères ne prend pas de positions collectives. Les publications de l’ECFR ne représentent que les opinions de leurs auteurs individuels.

Léonard Lachapelle

"Future teen idol. Pionnier hardcore de Twitter. Evangéliste de voyage d'une humilité exaspérante."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x