La France exhorte la Tunisie à nommer un nouveau Premier ministre alors que la crise se poursuit

Écrit par Tariq Emara

TUNIS (Reuters) – La France a exhorté mercredi la Tunisie à nommer un nouveau Premier ministre et un nouveau gouvernement pour remplacer le gouvernement limogé par le président Kais Saied lorsqu’il a gelé le Parlement et pris le pouvoir dans un mouvement que ses opposants considéraient comme un coup d’État.

Une décennie après avoir mis fin au régime autoritaire par le biais d’un soulèvement populaire, la Tunisie fait face à la plus forte épreuve à ce jour de son système démocratique et les pays occidentaux qui ont applaudi la transition politique ont exprimé leur inquiétude.

Les États-Unis ont exhorté Saeed, qui affirme que ses actions sont constitutionnelles mais n’a pas encore déterminé ses prochaines étapes, à respecter les principes démocratiques. La présidence a déclaré qu’il avait rencontré les chefs de la sécurité mercredi.

Le ministère français des Affaires étrangères a déclaré que le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a déclaré à son homologue tunisien Othmane Grandi qu’il était essentiel que la Tunisie nomme rapidement un nouveau Premier ministre et un nouveau ministère.

Soutenu par l’armée, les actions de Said comprenaient la suspension du Parlement pendant 30 jours. Des opposants, dont le plus grand parti islamiste Ennahda au parlement, l’ont accusé de s’être emparé du pouvoir.

Le chef du Syndicat des journalistes tunisiens, Mehdi Jelassi, a déclaré que la police a brièvement détenu mercredi un correspondant étranger alors qu’il effectuait un reportage dans un quartier de la capitale.

Lundi, le département d’Etat américain s’est dit “particulièrement troublé” par la descente de police contre le bureau de presse d’Al Jazeera en Tunisie et a appelé au “respect strict de la liberté d’expression et des autres droits civils”.

READ  Grand Prix de France : en regardant la course, qualifiez-vous et entraînez-vous en direct sur Sky Sports F1 ce week-end

Les mesures de Said font suite aux protestations des Tunisiens qui en ont assez des années de troubles économiques et de paralysie politique depuis le soulèvement de 2011 qui a déclenché le printemps arabe.

Saeed, un élu indépendant en 2019, a déclaré qu’il s’agissait d’une mesure pour sauver le pays de la corruption et des complots de discorde.

Sa décision est intervenue après des mois d’impasse et de désaccords entre lui, le Premier ministre Hicham El Meshichi et un parlement fragmenté, alors que la Tunisie plongeait dans une crise économique exacerbée par l’une des pires épidémies de coronavirus en Afrique.

enquête judiciaire

Aggravant la crise, la justice a déclaré qu’elle enquêtait sur Ennahda, le deuxième parti au parlement – Qalb Tounes – soupçonné d’avoir reçu de l’argent étranger pendant la campagne électorale de 2019.

Le pouvoir judiciaire, qui est largement considéré en Tunisie comme indépendant de la politique, a déclaré que son enquête avait commencé 10 jours avant les mouvements du président.

Un haut responsable d’Ennahda a nié tout abus. Riad al-Shuaibi, conseiller politique du leader d’Ennahda, a déclaré à Reuters que soulever la question visait désormais à « inciter contre Ennahda et à créer une atmosphère plus tendue ».

Il n’a pas été possible d’atteindre le cœur de la Tunisie pour commenter.

Bien qu’Ennahda ait appelé dimanche ses partisans à descendre dans la rue contre les actions de Saïd, il a depuis appelé au calme et a recherché le dialogue national.

Il n’y avait aucun signe de nouvelles manifestations ou troubles mercredi malgré une forte présence sécuritaire dans le centre de Tunis. L’armée séjourne également dans le bâtiment du parlement, du gouvernement et de la télévision, qu’elle a encerclé dimanche.

READ  Le défenseur espagnol Llorente infecté par le COVID-19

Saeed a réitéré une règle de longue date interdisant les rassemblements de plus de trois personnes dans les lieux publics, mais rien n’indiquait qu’elle était appliquée car les gens se déplacent et se rassemblent normalement.

Saeed a également resserré certaines des restrictions COVID-19 actuelles, notamment un couvre-feu nocturne et une interdiction de voyager entre les villes.

Les organisations de la société civile qui ont joué un rôle majeur dans la politique depuis 2011 n’ont pas dénoncé les démarches de Saeed mais l’ont appelé à faire ses plans rapidement et à mettre fin à la période d’urgence dans un délai d’un mois.

(Reportage de Dominic Vidalon à Paris ; Écriture d’Angus McDowall et Tom Perry ; Montage par Emilia Sithole Mataris et Alison Williams)

Antoinette Lefurgey

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x