La France et l’Egypte font pression sur les voyageurs disparus lors des visites du dirigeant

La famille d’un voyageur français porté disparu en Égypte depuis près d’un an a profité de la visite du président égyptien à Paris vendredi pour demander une enquête sur la disparition de l’homme de 27 ans.

La famille et les amis ont brandi des pancartes demandant « Où est Jan Bourdon, président Sisi? » – Espérant attirer l’attention du président égyptien Abdel Fattah El-Sissi avant sa rencontre avec le président français Emmanuel Macron. Mais la police française les a retirés du trottoir et les a emmenés pour des contrôles d’identité avant le passage du cortège de Sissi.

Le bureau de Macron n’a pas précisé si le président français avait spécifiquement parlé de Bourdon pour Sissi. Mais elle a déclaré que Macron soulevait des problèmes individuels dans ses relations avec le président égyptien.

La famille et les amis de Bourdon n’ont pas entendu parler de lui depuis août 2021. Le dernier e-mail qu’il a envoyé à sa sœur était décontracté et positif, comme d’autres que l’étudiant diplômé français a envoyés lors de son voyage d’un an en sac à dos. Il a écrit du Caire : « Je reviendrai bientôt vers vous. Embrassez tout le monde de ma part. Faites-moi savoir comment va mon grand-père ».

Près d’un an plus tard, ils ont désespérément besoin de nouvelles et tout signe de sa disparition fait l’objet d’une enquête. La sœur et la mère de Bourdon ont déclaré avoir décidé de rendre l’affaire publique après des mois de silence ou de tergiversations de la part des autorités égyptiennes.

Le ministère français des Affaires étrangères se dit bien au courant du dossier et est en contact avec les autorités égyptiennes. L’ambassade d’Égypte à Paris n’a pas répondu aux demandes de commentaires de l’Associated Press. Le ministère égyptien des Affaires étrangères et un responsable des médias du gouvernement n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

READ  Le Qatar célèbre la Journée mondiale de sensibilisation à l'autisme

La mère de Bourdon, Isabelle Leclerc, a décrit sa « douleur extrême et sa peur intense que quelque chose puisse lui arriver et nous ne pouvions pas nous en empêcher ».

« C’est un vide absolu pour nous », a déclaré Wendy Bourdon, la sœur du disparu.

La seule preuve à ce jour provient d’une enquête de la police française sur le compte bancaire de Yan, selon sa sœur : il a été vidé peu de temps après le dernier e-mail qu’il a envoyé à sa famille, depuis un distributeur automatique de billets au Caire.

Sa mère décrit Jan comme un « garçon très social » qui a étudié l’histoire à la Sorbonne et qui parlait quatre langues. Elle dit qu’il est parti en voyage en juillet 2020 « parce qu’il avait envie de rencontrer d’autres peuples, d’autres civilisations ».

Passionné de musées, de lecture et d’apprentissage, il raconte à sa famille partager un repas avec les Bédouins qui lui permettent de planter sa tente à côté de la leur. « Cela l’a vraiment rendu heureux », a déclaré sa sœur.

Il n’avait pas toujours de connexion Internet, mais quand il en avait, il communiquait par e-mail. Il envoyait toujours des messages pour les anniversaires de leurs proches.

Après son arrivée en Égypte, il lui a envoyé un message indiquant qu’« il s’est arrêté dans une auberge au Caire et a été emmené par un policier alors qu’il se déplaçait », a déclaré sa sœur. « Il a dit dans son courrier que ce jour-là il irait visiter le musée du Caire, le quartier copte et le bazar, et le soir il rencontrerait le policier et les amis qui l’accompagnaient. »

Dans son dernier message du 4 août, il a déclaré « Je vous répondrai bientôt ». Sa mère a dit : « Il n’avait pas l’intention de couper le contact avec nous.

Lorsqu’il a raté l’anniversaire de sa mère en septembre, ils étaient inquiets mais pensaient que c’était sans connexion Internet. La famille n’a pas non plus voulu donner une fausse alerte sur son absence.

READ  Mwasalat (Karwa) collabore avec le Conseil national du tourisme au Qatar pour améliorer l'expérience client

Mais lorsque l’anniversaire de sa sœur en novembre est venu et s’est déroulé sans un mot, ils ont appelé le ministère français des Affaires étrangères, qui a contacté l’ambassade de France en Égypte, qui, à son tour, a contacté les autorités égyptiennes. De retour à Paris, la famille dépose un rapport officiel de personne disparue.

Au début, les responsables égyptiens ont affirmé que Jan Bourdon n’était jamais allé en Égypte, ce qui a frustré et déconcerté la famille.

Mais la police nationale française a confirmé son arrivée à Charm el-Cheikh, en Égypte, le 25 juillet. Ils ont également découvert que sa carte bancaire avait été utilisée à un guichet automatique près de la station de métro Sadate au Caire pour effacer son compte en quatre versements par la suite. Le dernier e-mail de sa sœur. Le dernier retrait a eu lieu le 7 août.

Sa famille a bien accueilli l’information. « Nous avons pensé, c’est une bonne nouvelle. Ils ont des vidéos de surveillance du site. Ils connaissent la période exacte de la consultation. Nous avons pensé que cela ouvrirait la voie à la situation », a déclaré la sœur.

Mais ils n’ont rien entendu.

La famille s’est rendue en Égypte en mai et s’est rendue avec des fonctionnaires du consulat français pour rencontrer le procureur de Gizeh qui était censé superviser l’enquête. La sœur a dit qu’il n’avait aucune information sur l’affaire.

Nous avons lutté avec leurs questions pendant trois heures. « Ils nous ont posé des questions sur toutes les choses qui auraient dû être au dossier », a déclaré Leclerc.

Ces dernières années, des groupes internationaux de défense des droits de l’homme ont documenté un nombre croissant de disparitions forcées par les autorités égyptiennes. Le soulèvement populaire en Égypte en 2011 contre Hosni Moubarak, l’ancien président de longue date de l’Égypte, découle de demandes visant à mettre fin à la brutalité policière et aux pratiques extrajudiciaires.

READ  Pourquoi la Turquie est la véritable alternative aux vacances d'été pour la France et l'Espagne cette année

Depuis l’arrivée au pouvoir de Sissi en 2014, la plupart des libertés acquises après le soulèvement de 2011 ont été révoquées.Le gouvernement a mené une répression massive contre la dissidence, emprisonnant des milliers de personnes et en détenant nombre d’entre elles sans procès.

La grande majorité des personnes arrêtées sont des ressortissants égyptiens, à l’exception d’une poignée de journalistes étrangers qui ont été détenus ou expulsés du pays. Les groupes de défense des droits affirment que le nombre total de personnes qui ont été soumises à une disparition forcée par la police reste inconnu.

La sœur de Bourdon dit que les autorités françaises ont été utiles et « très investies. Mais elles n’obtiennent pas non plus d’informations ».

La famille espère qu’en attirant l’attention sur l’affaire, d’autres indices pourraient émerger. Face au silence assourdissant des autorités égyptiennes, Leclerc est certaine que son fils n’a cessé de communiquer avec sa famille et ses amis de son plein gré.

« Si Yan peut nous entendre, où qu’il soit, nous voulons lui dire que nous le cherchons, et nous n’arrêterons pas de le chercher », a-t-elle déclaré dans une interview à l’Associated Press.

Choquée par l’émotion, elle a ajouté : « Nous le retrouverons. Et nous le ramènerons. »

___

Les journalistes d’Associated Press Masha MacPherson et Jed Law Daily ont contribué.

___

Cette version a été corrigée pour refléter que Bourdon n’était en contact avec la famille que par e-mail, pas via Whatsapp, et que le nombre de versements sur le compte de Bourdon a été vidé au guichet automatique du Caire était de quatre, et non de trois.

Léonard Lachapelle

"Future teen idol. Pionnier hardcore de Twitter. Evangéliste de voyage d'une humilité exaspérante."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x