La France dit que les négociations nucléaires avec l’Iran doivent reprendre là où elles s’étaient arrêtées

PARIS (Reuters) – Le ministre français des Affaires étrangères a déclaré mardi à son homologue iranien que lorsque les pourparlers avec les puissances mondiales reprendraient sur la relance d’un accord nucléaire fin novembre, ils devraient continuer là où ils s’étaient arrêtés en juin.

Les commentaires indiquent une inquiétude croissante au sujet de la rhétorique publique iranienne avant la reprise des pourparlers indirects entre l’Iran et les États-Unis à Vienne le 29 novembre.

Lundi, Téhéran a réitéré sa demande que les États-Unis lèvent toutes les sanctions qu’ils ont imposées depuis que le président Donald Trump a abandonné l’accord de 2015 entre l’Iran et les grandes puissances, et veillent à ce qu’il ne se retire plus de l’accord. Lire la suite

Dans un appel avec le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amirrabdalahian, le Français Jean-Yves Le Drian « a souligné l’importance et la nécessité de reprendre les négociations que l’Iran a interrompues le 20 juin sur la base de négociations jusqu’à cette date, dans l’objectif d’un retour rapide ( sur l’accord)”, a déclaré un porte-parole du ministère.

Dans le cadre de l’accord, l’Iran a accepté de freiner son programme nucléaire en échange de la levée des sanctions de l’ONU qui ont paralysé son économie.

Depuis que Trump s’est retiré de l’accord en 2018, l’Iran a réagi aux sanctions américaines en violant les restrictions sur l’enrichissement de l’uranium, qui peut être utilisé pour fabriquer du carburant pour les armes nucléaires. L’Iran dit que son programme est entièrement pacifique.

Le négociateur en chef iranien sur le nucléaire, Ali Bagheri Kani, s’est rendu mardi à Paris dans le cadre d’une tournée dans les capitales de la France, de la Grande-Bretagne et de l’Allemagne, les trois parties européennes à l’accord.

READ  Le Qatar transfère trois relations amicales pour la Coupe du monde à la Hongrie

Après qu’Amirbadollahian s’est entretenu avec le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas, les médias d’État iraniens ont cité le ministre iranien disant que le retrait des États-Unis et le non-respect par les Européens de leurs engagements “ont approfondi la méfiance”.

(Reportage de John Irish et Parisa Hafezi). Montage par Benoit van Overstraten et Kevin Levy

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Léonard Lachapelle

"Future teen idol. Pionnier hardcore de Twitter. Evangéliste de voyage d'une humilité exaspérante."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x