La France dit pas Office 365 et Google Workspace à l’école • The Register

Le ministre français de l’Éducation nationale et de la Jeunesse a déclaré que les versions gratuites de Microsoft Office 365 et de Google Workplace ne devraient pas être utilisées dans les écoles – une position qui reflète les préoccupations européennes persistantes concernant la suprématie des données dans le cloud, la concurrence et les règles de confidentialité.

En août, Philippe Latombe, député à l’Assemblée nationale française, informé [PDF] Pap Ndiaye, ministre de l’Éducation nationale, a déclaré que la version gratuite de Microsoft Office 365, bien qu’attrayante, équivalait à une forme de dumping illégal. Le secrétaire à l’éducation a demandé ce qu’il avait l’intention de faire, compte tenu des problèmes de souveraineté des données associés au stockage de données personnelles dans un service cloud américain.

Le ministère de l’Éducation nationale a publié la semaine dernière Réponse écrite Confirmer que les marchés publics français exigent une « considération » – paiement.

« Par conséquent, les offres de service gratuit sont, en principe, exclues du champ des marchés publics », lit-on dans le communiqué du ministère, et le ministre Ndiaye Ça disait Confirmez cette position.

Cela s’applique à d’autres offres gratuites telles que Google Workspace for Education. Les versions payantes de ces services cloud peuvent être une option si elles ne sont pas déjà bloquées en raison de problèmes de sécurité des données.

Les autorités françaises considèrent que les services cloud de Microsoft et Google qui stockent des données aux États-Unis sont incompatibles avec les réglementations européennes sur les données telles que le règlement général sur la protection des données et avec Schrems II – un Jugement de 2020 [PDF] De la Cour de justice de l’Union européenne qui régit le partage transfrontalier de données.

READ  Trump presse le secrétaire d'État de "trouver des votes": ce que nous savons

La décision Schrems II a invalidé le bouclier de protection des données entre les États-Unis et l’UE, car la CJUE a conclu que la législation américaine ne respectait pas les normes européennes en matière de confidentialité.

Le 15 septembre 2021, Nadi Bou Hanna, directeur de DINUM, la division numérique interministérielle de France, a déclaré dans une lettre que les agences gouvernementales françaises envisageaient des services cloud pour remplacer les produits de bureau et les messages sur les serveurs gouvernementaux tels que Exchange. Vous ne devriez pas utiliser Office 365 [PDF] Parce qu’il n’est pas compatible avec l’initiative française « Cloud at the Center ».

Citant la position de DINUM, la politique « cloud au centre » du Premier ministre, et une note de mai 2021 de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) conseillant aux établissements d’enseignement supérieur d’utiliser des services de collaboration cloud respectueux du RGPD, le ministère de l’Éducation en octobre 2021 l’a dit Les académies conseillaient d’éviter tout déploiement d’Office 365 ou de Google Workspace.

Les autorités allemandes de protection des données sont arrivées à une conclusion similaire en 2019 lorsqu’elles ont fait cela Non autorisé Microsoft Office 365 dans les classes de Hesse.

Google n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Microsoft a refusé de commenter. Cependant, la société en juillet annoncer Microsoft Cloud for Sovereignty, un service qui permettra aux clients du secteur public Pour utiliser les services cloud de Microsoft d’une manière conforme aux politiques.

Microsoft prévoit également de déployer ses limites de données dans l’UE, bien que les données des clients puissent être traitées dans l’UE conformément aux réglementations sur les données, d’ici la fin de 2022. Google s’est engagé l’année dernière Initiative similaire Pour répondre aux exigences de protection des données de l’Union européenne.

READ  Quelle est la loi en France concernant la plantation d'arbres voisins sur ma propriété ?

Le mois dernier, le président Biden Signer un décret ordonnant aux agences américaines de mettre en œuvre le Transatlantic Data Privacy Framework, annoncer en mars.

L’Union européenne devrait maintenant Prendre des mesures pour adopter les règles, ce qui peut prendre un certain temps. Une fois que cela se produira, les transferts de données entre les États-Unis et l’UE devraient devenir plus gérables. Et Microsoft et Google pourraient trouver plus facile de remporter des contrats cloud avec les gouvernements européens. ®

Léonard Lachapelle

"Future teen idol. Pionnier hardcore de Twitter. Evangéliste de voyage d'une humilité exaspérante."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x