La France décidera bientôt de l’avenir de l’armée au Mali

Le ministre français des Affaires étrangères a déclaré que son gouvernement déciderait dans les prochains jours de maintenir son engagement militaire de longue date au Mali, au milieu des tensions croissantes dans ce pays d’Afrique de l’Ouest

PARIS – Le gouvernement français décidera dans les prochains jours de maintenir son implication militaire de longue date au Mali, a déclaré mercredi le ministre des Affaires étrangères dans un contexte de tensions croissantes dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.

Le Drian a suggéré qu’un retrait militaire français complet du pays pourrait faire partie des discussions avec les partenaires africains dans la région.

« Nous discutons avec des partenaires du nombre de soldats que nous aurions besoin de conserver pour continuer la lutte contre le terrorisme », a déclaré Le Drian dans une interview à la chaîne publique France 2. « La situation ne peut pas rester en l’état ».

Le Mali lutte contre une insurrection islamique dans le nord depuis 2012. En 2013, la France est intervenue – à la demande des dirigeants maliens – pour arrêter les djihadistes qui s’étaient emparés de pans entiers du pays tentaculaire. L’opération a ensuite été étendue à d’autres pays dans le but de stabiliser la région élargie du Sahel qui comprend le Tchad, le Niger, le Burkina Faso et la Mauritanie.

READ  Équipe de France Euro 2020 : effectif complet de 26 joueurs avant 2021

En juillet, le président Emmanuel Macron a annoncé un retrait des troupes françaises dans la force du Sahel d’ici début 2022.

Interrogé par les législateurs, Le Drian a déclaré « La lutte contre le terrorisme va se poursuivre » dans le Sa Frenchhel et en soutien aux régions du Golfe des pays de Guinée, qui font face à des incursions djihadistes dans leur nord.

Lundi, le gouvernement intérimaire malien a ordonné à l’ambassadeur de France de quitter le pays d’Afrique de l’Ouest, accusant la France de saper son contrôle. La semaine dernière, le Mali a ordonné aux soldats danois de l’opération militaire de Takuba dirigée par la France de partir.

Le ministre malien des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, a critiqué lundi à la télévision malienne des responsables français pour des propos « inacceptables » qui « mettaient en cause la légalité et la légitimité » des dirigeants actuels du Mali.

La France dépeint les tensions comme plus larges. « Ce n’est pas un problème franco-malien, c’est un problème entre la communauté internationale et le Mali », a déclaré mardi Le Drian aux législateurs. Il a accusé les autorités maliennes de saper le travail des troupes françaises et européennes et de bafouer leur propre constitution.

« L’isolement du Mali est tel aujourd’hui qu’il n’a qu’un seul partenaire : les mercenaires » du groupe de sécurité russe Wagner, qui a été accusé d’atteintes aux droits dans d’autres pays, a déclaré Le Drian.

La France a également mis en garde contre des sanctions imminentes de l’UE, qui sont en cours de discussion. Le Premier ministre Jean Castex a accusé la junte malienne de s’isoler davantage en retardant les élections jusqu’en 2026 et en courtisant les mercenaires russes.

READ  Dubai Healthcare City invite ses visiteurs à explorer la vie marine du Qatar dans le centre commercial

Léonard Lachapelle

"Future teen idol. Pionnier hardcore de Twitter. Evangéliste de voyage d'une humilité exaspérante."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x