La France annonce le non-retrait des forces des côtes | Voix de l’Amérique

PARIS – La France a déclaré qu’elle ne réduirait pas sa présence de troupes dans la région du Sahel en Afrique, malgré les rapports précédents selon lesquels elle pourrait renvoyer des centaines de soldats chez eux après avoir réalisé des gains majeurs contre les extrémistes.

Dans une interview vidéo avec des dirigeants régionaux du Mali, du Niger, du Burkina Faso, de la Mauritanie et du Tchad, le président français Emmanuel Macron a déclaré qu’il n’y aurait pas de réduction immédiate des forces françaises dans la région du Sahel.

Macron a déclaré que réduire trop rapidement et drastiquement les forces françaises de la région, une possibilité qu’il a étudiée, serait une erreur. Donc, a déclaré le président français, rien ne changera dans les mois à venir.

Le retrait de 600 soldats français supplémentaires déployés début 2020 est toujours sur la table et sera discuté plus tard cette année. Leur éventuel départ n’aura pas d’impact négatif, mais un changement de stratégie est nécessaire, selon Nicolas Normand, ancien ambassadeur de France au Mali.

L’effet sur le terrain devrait être limité car une force européenne appelée Tacuba pourrait capturer et remplacer les armées françaises. Les forces françaises de Barkhane étaient jusqu’à présent très indépendantes. L’intervention militaire des forces sahéliennes elles-mêmes ne suffit pas [the probable departure of French troops] Cela signifie un nouveau type de coopération avec eux. Il est nécessaire de le rendre plus efficace et de l’équiper », a-t-il déclaré.

Une carte des positions de l’armée française au Sahel a été filmée alors que le président français Emmanuel Macron prononce son discours après une vidéoconférence avec les commandants du G5 Sahel le 16 février 2021 à Paris.

Après les récents assassinats de hauts dirigeants djihadistes liés à Al-Qaïda ou à l’État islamique, la France intensifiera également ses efforts pour aider à décapiter ces organisations sur le terrain.

Le général Dominique Trinquand, ancien chef de la mission militaire française auprès des Nations unies, a déclaré que le président Macron appelle au renforcement de la guerre mondiale contre le terrorisme et à l’utilisation du terme «décapitation» pour désigner les tâches visant à éliminer les dirigeants djihadistes. Pour lancer de telles opérations, ils utiliseront les renseignements fournis par les drones américains et français – et les militaires locaux.

Actuellement, 5 100 soldats français combattent des groupes extrémistes aux côtés de soldats africains et européens dans la région. 1 200 soldats tchadiens supplémentaires seront bientôt déployés dans la région frontalière du Mali, du Niger et du Burkina Faso.

Plus de 50 soldats français ont été tués depuis 2013 en combattant des extrémistes dans la région.

Un nouveau sommet du Groupe des cinq pays du Sahel est prévu plus tard cette année.

READ  L'équipe masculine américaine de basket-ball affrontera la France en premier aux Jeux olympiques de Tokyo

Léonard Lachapelle

"Future teen idol. Pionnier hardcore de Twitter. Evangéliste de voyage d'une humilité exaspérante."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x