La française Le Pen entre dans le conflit israélo-palestinien dans sa campagne présidentielle

PARIS – Tout au long de ses années en politique, les relations extérieures n’ont pas été le point fort de la candidate à l’élection présidentielle française Marine Le Pen, qui fait face à un second tour avec le président sortant Emmanuel Macron le 24 avril.

S’adressant à la presse le 14 avril pour exposer les orientations des relations extérieures, la présidente du Rassemblement national d’extrême droite a consacré plus de 20 minutes de la session d’une heure à expliquer comment elle envisageait les relations futures entre la France et le Moyen-Orient.

Le Pen fait face à une bataille difficile lorsqu’il s’agit de définir sa perspective de politique étrangère. Le président français Emmanuel Macron a été actif en politique étrangère pendant ses près de cinq ans en tant que président. En particulier, il a assumé ses propres fonctions au sein de l’OTAN et de l’Union européenne, s’intéressant particulièrement au Liban et au Moyen-Orient plus largement. Macron a été le premier chef d’État occidental à se rendre à Beyrouth à la suite de l’explosion dévastatrice du port en août 2020, et il est profondément impliqué dans les efforts de reconstruction. Il a également travaillé avec l’Arabie saoudite l’année dernière sur une initiative conjointe visant à mettre fin au différend diplomatique entre Beyrouth et plusieurs États du Golfe.

La France est également membre du groupe 5+1 dans les négociations avec l’Iran sur la reprise du Plan d’action global conjoint (JCPOA).

Voici ce que Lubin a dit sur divers sujets au Moyen-Orient :

Liban:

  • En parlant de relations privilégiées, il y a d’abord et avant tout LibanIl est cher à mon cœur. Ce serait l’une de mes priorités », a déclaré Le Pen, mais a souligné que « notre volonté d’aider à stabiliser le Liban ne diminue en rien notre engagement dans des relations amicales avec Israël ». exactement le contraire. Nous soutiendrons le rapprochement entre les deux pays. » Le Pen a noté que le problème de l’exploitation du Hezbollah par l’Iran ne peut être résolu que par des pourparlers avec Israël, l’Iran, la Russie, les États-Unis, l’Arabie saoudite et le Vatican.
READ  Tadig Bogar sur le retour du Tour de France : "Je dois attaquer à chaque fois que je grimpe"

La solution à deux états :

  • « Je resterai fidèle à la politique officielle de notre ministère des Affaires étrangères, qui est que la France continue à s’engager en faveur de la solution à deux États. Le conflit israélo-palestinien ne peut être résolu que par la création d’un État palestinien indépendant et viable. , une démocratie vivant dans la paix et la sécurité aux côtés d’Israël », a déclaré Le Pen plus tôt. Entretien avec la presse israélienneLe Pen a indiqué qu’elle croit que seul un dialogue direct entre les deux parties peut parvenir à la paix.

Jérusalem:

  • Le Pen a déclaré que dans le cadre de la solution à deux États, Jérusalem devrait être la capitale des deux États. « Tant que cette affaire ne sera pas résolue au niveau international, la France ne reconnaîtra aucune souveraineté sur Jérusalem », a-t-elle ajouté.

La vague actuelle de terrorisme à laquelle sont confrontés les Israéliens :

  • « JE très sensible À toute manifestation de terrorisme, j’ai rapidement exprimé ma solidarité avec le peuple israélien, victime de la vague d’attentats terroristes », a noté Le Pen.

Léonard Lachapelle

"Future teen idol. Pionnier hardcore de Twitter. Evangéliste de voyage d'une humilité exaspérante."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x