La fin du chèque mai dans l’économie mondiale | des idées

La fin du chèque mai dans l’économie mondiale |  des idées

Alors que la croissance du PIB allemand ajusté au premier trimestre a montré une contraction, les derniers PMI flash indiquent une croissance continue dans la plupart des grandes économies développées.

L’Allemagne a publié jeudi matin son taux de croissance du produit intérieur brut au premier trimestre, qui a inversé la lecture stable en contraction – la deuxième baisse trimestrielle consécutive.[i] Les gros titres ont saisi ce remaniement de la récession, qui, selon nous, est attendu. Cependant, ces données sont très anciennes et sans surprise de notre point de vue. De plus, plus tôt cette semaine, S&P Global a publié ses PMI flash pour mai, indiquant que la plupart des principaux pays développés ont continué de croître au deuxième trimestre. Les lectures de mai n’ont pas donné grand-chose d’entièrement nouveau, mais elles fournissent plus de preuves que l’économie mondiale se porte mieux que prévu au début de l’année.

Les indices des directeurs d’achat sont des enquêtes mensuelles sur les entreprises, où les lectures supérieures à 50 indiquent une expansion. ils ont des limites –Par exemple , Ils n’indiquent que l’amplitude de la croissance ou de la contraction, pas le volume – mais ils comptent parmi les mesures les plus appropriées des activités commerciales modernes. L’Allemagne est un bon exemple. Les lectures composites du premier trimestre (qui combinent la fabrication et les services) indiquent 49,9, 50,7 et 52,6 au cours des trois mois du trimestre.[ii] Ces lectures mixtes, restrictives et expansionnistes sont largement compatibles avec une contraction modérée du PIB au premier trimestre.

Les lectures éclair de mai, qui reflètent environ 85 à 90 % du total des réponses, ont quelques conclusions : le Japon, par exemple, a signalé la plus forte augmentation de l’activité du secteur privé en près d’une décennie. Le PMI des services du pays a affiché sa meilleure lecture jamais enregistrée, avec une expansion record du total des nouvelles affaires, des exportations et des entreprises haut de gamme – de nombreux répondants ont attribué à la reprise du tourisme national et international alors que les perturbations liées aux coronavirus diminuent.[iii] Le rapport solide pourrait susciter plus d’optimisme chez les investisseurs pour le pays du soleil levant, même si nous pensons qu’il est facile d’exagérer les perspectives du pays.

READ  McDonald's parvient à des accords dans le cadre d'une enquête fiscale française

Dans l’ensemble, cependant, les PMI préliminaires de mai n’ont pas beaucoup dévié des lectures d’avril. (Galerie 1)

Figure 1 : Derniers PMI

Source : FactSet et S&P Global, au 25/05/2023.

Les chiffres de mai ont ajouté à la fracture actuelle entre la fabrication et les services. Depuis l’été dernier, les PMI manufacturiers et des services des principales économies avancées ont indiqué une contraction au cours du second semestre 2022. Mais bien que le secteur manufacturier soit resté en contraction cette année, les services ont renoué avec l’expansion. (pièces 3-4)

Figure 2 : Pendant le contrat de fabrication…

Source : FactSet, au 25/05/2023.

Figure 3 : … les services renouent avec la croissance

Source : FactSet, au 25/05/2023.

Les services représentent la part du lion du PIB dans les principales économies développées, et nous pensons que la croissance continue des services a compensé la faiblesse du secteur manufacturier dans la plupart des pays. Considérons : Hors Allemagne (-1,3 %), le PIB du T1 a augmenté d’une année sur l’autre en Amérique (1,3 %), au Royaume-Uni (0,5 %), dans la zone euro (0,3 %), en France (0,7 %) et au Japon (1,6). %).[iv]

Les PMI indiquent une croissance continue dans l’ensemble. Ils suggèrent même que le déclin de l’Allemagne pourrait s’inverser au deuxième trimestre. Désormais, les enquêtes ne fourniront pas de mesures de sortie détaillées (Par exemple , produit intérieur brut, production industrielle et ventes au détail), mais cette dernière semble plus régressive compte tenu de son époque tardive. Par exemple, Eurostat a publié la production industrielle de la zone euro pour mars (qui était en baisse de -4,1 % m/m) une semaine et demie plus tôt – près de deux mois après que S&P Global a publié son PMI manufacturier inférieur à 50 pour la zone euro.[v]

READ  Les organisateurs de la Coupe du monde de rugby s'attendent à des bénéfices records

Cela ne veut pas dire que les PMI sont plus utiles que les mesures de la production. Les deux ont des avantages et des inconvénients lors de l’évaluation d’une économie. Mais malgré leur manque de nouvelles informations et leurs limites à l’avenir, ces mesures indiquent une fois de plus que la profonde récession mondiale que les gens prédisent depuis longtemps – et continue de se déplacer vers l’avenir – n’est probablement pas encore là. Peut-être que cela peut aider les gens à réaliser que ces pires scénarios ne se sont pas matérialisés – leur permettant de passer à autre chose et de se concentrer sur une réalité meilleure que l’estimation.


[i] Source : Destatis, au 25/05/2023.

[ii] Source : FactSet, au 25/05/2023.

[iii] Source : S&P Global, au 23/05/2023.

[iv] Source : FactSet, au 25/05/2023.

[v] Source : Eurostat et FactSet, au 25/05/2023.

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x