La Belgique arrête le Parlement européen dans le cadre d’une enquête sur la corruption au Qatar – EURACTIV.fr

La Belgique arrête le Parlement européen dans le cadre d’une enquête sur la corruption au Qatar – EURACTIV.fr

La police belge a arrêté un vice-président du Parlement européen et quatre autres personnes dans le cadre d’une enquête pour corruption impliquant le Qatar, pays hôte de la Coupe du Monde, a fait savoir le parquet vendredi 9 décembre.

Des officiers ont arrêté la députée socialiste grecque Eva Kaili quelques heures après que quatre autres suspects eurent été interrogés. Une source proche du dossier a indiqué à l’AFP que les quatre étaient des citoyens italiens ou originaires d’Italie.

L’un des quatre est le partenaire de Kylie, a indiqué la source, qui est un assistant parlementaire du groupe des socialistes et démocrates du Parlement européen.

Après l’annonce de l’arrestation de Kylie, le chef des socialistes helléniques (PASOK) Nikos Androulakis a annoncé sur Twitter qu’elle avait été expulsée du parti.

Une déclaration publiée plus tôt par le parquet belge a déclaré qu’un État du Golfe est lié à une enquête sur la corruption et le blanchiment d’argent, mais elle ne l’a pas mentionné. Bien qu’il ait déclaré qu’un ancien membre du Parlement européen faisait partie des personnes arrêtées, il ne l’a pas identifié.

Cependant, des articles de presse belges ont indiqué que le pays en question est le Qatar, et l’ancien membre du Parlement européen a été nommé d’après l’Italien Pierre Antonio Panzieri, qui a travaillé comme socialiste au Parlement entre 2004 et 2019.

600 000 euros ont été confisqués

Le procureur fédéral belge a annoncé des arrestations plus tôt après une série de 16 raids impliquant des raids dans la capitale, Bruxelles.

Les procureurs ont déclaré dans un communiqué: « Les inspections qui ont eu lieu aujourd’hui ont permis aux enquêteurs de récupérer environ 600 000 euros en espèces. »

READ  Comment les sanctions économiques affectent la Russie

Des ordinateurs et des téléphones portables ont également été saisis. Ces éléments seront analysés dans le cadre des investigations. »

Le communiqué ajoute que les enquêteurs « soupçonnaient qu’un Etat du Golfe (influençait) les décisions économiques et politiques du Parlement européen ».

Il a affirmé que cela avait été fait « en versant de grosses sommes d’argent ou en faisant de gros cadeaux » à des personnalités influentes du Parlement européen.

Une source proche de l’affaire a confirmé des informations de presse selon lesquelles l’enquête portait sur des tentatives qataris présumées de corruption d’un membre de l’ancien Parlement socialiste italien, que les médias belges Le Soir et Knack ont ​​appelé Panzeri.

« reconnu et respecté »

Kylie, 44 ans, est une ancienne présentatrice de télévision qui est actuellement l’une des 14 vice-présidentes du Parlement européen. En novembre, peu avant le début de la Coupe du monde, elle rencontre le ministre qatari du Travail, Ali bin Samih Al-Marri.

Dans une déclaration vidéo publiée sur Twitter par l’agence de presse du Qatar, elle a déclaré : « Je pense que la Coupe du monde arabe a été un excellent outil pour… la transformation politique et les réformes… ».

Elle a ajouté que le Parlement européen « reconnaît et respecte » les progrès du Qatar en matière de réformes du travail.

Elle a fait des commentaires similaires lors d’un discours au Parlement européen plus tard en novembre, accusant certains députés de « harceler » le Qatar et les accusant de corruption.

Panziri, 67 ans, dirige actuellement une organisation de défense des droits humains basée à Bruxelles appelée Fighting Impunity.

Selon certaines informations, le secrétaire général de la Confédération syndicale internationale, l’Italien Luca Visentini, figurait également parmi les personnes arrêtées. La CSI a déclaré qu’elle était « au courant » des reportages des médias, mais n’avait pas d’autres commentaires à faire pour le moment.

READ  Le régulateur de l'UE n'attend pas l'approbation du vaccin CureVac avant août

accusations de corruption

La corruption présumée survient alors que le Qatar, hôte de la Coupe du monde, a fait un effort majeur pour améliorer son image face aux critiques concernant son bilan en matière de protection des droits du travail et des droits de l’homme.

Dans une interview accordée à l’AFP lundi, Visentini a salué les progrès réalisés par le Qatar sur les droits des travailleurs, mais a insisté sur le fait que la « pression » devait continuer une fois le tournoi de football terminé.

Les travailleurs expatriés représentent plus de 2,5 millions de la population de 2,9 millions d’habitants du Qatar, et les conditions de travail ont fait l’objet de vives critiques, en particulier à l’approche de la Coupe du monde.

Doha a mis en œuvre des réformes de son système d’expatriés, mais les critiques insistent sur le fait que davantage de travail doit être fait pour s’assurer que les changements ont un impact.

La Coupe du monde au Qatar a été mêlée à des accusations de corruption entourant un vote des membres de la FIFA pour attribuer le tournoi à l’État du Golfe, riche en énergie.

Le journal belge France Soir a indiqué que les descentes de police de vendredi intervenaient à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre la corruption fixée par les Nations unies.

READ  Qu'on le veuille ou non, la France a besoin de la réforme des retraites de Macron

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x