La Banque centrale européenne n’est pas près de minimiser le premier signe de reprise : la semaine économique

La Banque centrale européenne n’est pas près de minimiser le premier signe de reprise : la semaine économique

Abonnez-vous à notre newsletter économique quotidienne, suivez-nous @Économie Et abonnez-vous à notre site notation audio.

Les responsables de la Banque centrale européenne débattront cette semaine de l’opportunité de prolonger le rythme des achats d’obligations d’urgence, un jugement dépendant de leur fragilité pour déterminer la reprise de l’économie.

La confiance est au plus haut depuis trois ans, les prix à la sortie des usines ont le plus augmenté depuis 2008, et L’inflation est techniquement supérieure à l’objectif. Cependant, de nombreux décideurs politiques ont souligné que Pas de quoi changer de cap – la poursuite d’une politique très souple est nécessaire pour se remettre d’une crise sans précédent qui n’est pas encore terminée.

Leur décision de jeudi renforcera les nouvelles perspectives économiques, qui devraient accentuer la volatilité des données entrantes. Les responsables dirigés par la présidente Christine Lagarde s’attendaient à une hausse de l’inflation, insistant sur le fait qu’elle serait temporaire alors que les prix de l’énergie se stabilisent et que les pénuries qui ont paralysé les entreprises sont surmontées.

Au lieu de cela, certains membres du conseil d’administration craignent que les vulnérabilités économiques évoquées par des données telles que le surprenant premier trimestre de la France الربع Le rétrécissement peut se cacher sous la croûte d’une flottabilité estivale avec des fermetures faciles. Hauteur Les rendements obligataires et un euro plus fort leur donnent des arguments pour affirmer que la Banque centrale européenne doit faire plus pour tenir son engagement de maintenir des conditions de financement favorables.

Il y aura probablement une discussion animée, dans un possible prélude à la discussion que la Réserve fédérale aura la semaine prochaine sur l’opportunité de le garder Le stimulus ou commencer à le réduire à nouveau.

READ  L'UE exhorte toutes les grandes économies à relever leurs objectifs climatiques d'ici le sommet de novembre

Pour les deux banques centrales, les conditions extrêmes de l’épidémie sont un obstacle à l’évaluation des anticipations de stabilité des prix. Le chef sortant de l’OCDE, Angel Gurría, a fait valoir la semaine dernière que ce n’était pas le moment de le faire Inquiétude pour l’inflation – mais avec un avertissement : “Il faut toujours la garder à l’esprit”.

Ce que dit Bloomberg Economics :

“Avec l’élargissement des écarts de rendement au sein de la zone euro, ce n’est pas le moment d’avoir des arguments bellicistes sur de nouveaux achats d’obligations. Nous nous attendons à ce que les décideurs politiques optent pour trois mois supplémentaires d’achats” significativement plus élevés “dans le cadre du programme d’achat d’urgence en cas de pandémie.”

– David Powell et Maeva sont cousins. Pour un aperçu complet, cliquer ici

Ailleurs, la banque centrale du Canada devrait continuer à préparer le terrain pour un resserrement monétaire, tandis que la Russie pourrait augmenter ses taux d’intérêt. L’Organisation mondiale du commerce se réunit mardi pour discuter de l’expansion de la production des installations de vaccins Covid.

Décisions de prix de la banque centrale cette semaine

Remarque : Les données fournies montrent les tableaux de décision sur les taux d’intérêt de différentes banques centrales

Cliquez ici pour découvrir ce qui s’est passé la semaine dernière et ci-dessous est notre résumé de ce qui se passera dans l’économie mondiale.

Europe, Moyen-Orient et Afrique

Il n’y a pas que la réunion de la Banque centrale européenne dans la région cette semaine. La Banque de Russie tiendra une réunion de fixation des taux vendredi où elle examinera la question Une autre poussée pour tenter de freiner la hausse de l’inflation, alors que les responsables ont averti que l’économie risquait déjà de surchauffer.

Les décideurs politiques polonais se réunissent mercredi après L’inflation a atteint son plus haut niveau en une décennie la semaine dernière. Cela testera le mantra des taux de prix stables de longue date de l’institution. Les banquiers centraux du Kazakhstan et de l’Ouzbékistan fixent également les taux.

Avec la réouverture complète du Royaume-Uni le 21 juin, de plus en plus Question, les investisseurs surveilleront de près les chiffres mensuels du PIB, de la production industrielle et du commerce attendus vendredi.

Le PIB pourrait avoir augmenté de 2,3% en avril

La lecture du PIB du premier trimestre de l’Afrique du Sud est attendue mardi, les économistes prévoyant une expansion trimestrielle, mais une contraction annuelle. L’Institut turc de statistique publiera jeudi les chiffres du chômage pour avril, et les données du même jour pourraient montrer que l’inflation en Égypte s’est accélérée en mai.

Les ministres des Finances d’au moins quatre pays d’Afrique de l’Est présenteront jeudi et vendredi leurs budgets pour la période 2021-2022.

États-Unis et Canada

Aux États-Unis, tous les regards seront tournés vers la dernière lecture de l’IPC jeudi, étant donné le débat houleux sur l’inflation. Les autres points de données à venir incluent les emplois d’avril et le prochain rapport sur les demandes de chômage, qui sont tombés en dessous de 400 000 lors de la publication de la semaine dernière pour la première fois depuis la pandémie.

Les investisseurs suivront la dernière lecture des inscriptions hebdomadaires au chômage aux États-Unis

Les décideurs de la Fed sont dans un black-out la semaine prochaine avant leur prochaine réunion les 15 et 16 juin.

Les investisseurs surveilleront la Banque du Canada, qui a annoncé sa décision sur les taux mercredi, pour tout indice sur les plans de resserrement de la politique monétaire.

Asie

Le Japon et la Corée du Sud ont publié des chiffres de production révisés qui confirmeront leurs fortunes divergentes.

Le Japon est toujours en L’urgence du virus qui met son économie en danger d’une récession à double creux et rend le début des Jeux olympiques moins qu’évident. L’économie coréenne se porte bien La trajectoire de la reprise, bien que les chiffres de l’emploi de mercredi seront surveillés de près pour voir si le rallye dépasse le secteur des exportations.

L'économie japonaise s'est contractée au premier trimestre, la Corée du Sud s'est développée

Le gouverneur de la Banque de Corée, Lee Ju-yeol, devrait prononcer un discours d’anniversaire à la fin de la semaine alors que les paris sur la hausse des taux d’intérêt se multiplient. Pendant ce temps, le sous-gouverneur de la BoJ, Masayoshi Amamiya, parlera du Libor alors que la banque centrale continue d’encourager des efforts plus rapides pour s’éloigner de l’indice de référence.

Les économistes s’attendent à ce que les données de mercredi montrent que les prix à la production en Chine ont augmenté de 8,4% en mai par rapport à l’année précédente – le rythme le plus rapide depuis 2008 – tandis que Les prix à la consommation ont augmenté de 1,6 %. Ce sera le plus grand écart entre les deux depuis 2017.

L’Amérique latine

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x