Julian Lizzero, travailleur de Lane, appelle cela une carrière à Schladming

Deux décennies, c’est long pour faire quoi que ce soit. Sous les lumières de la course de nuit à Schladming, le pilote français Julian Lesero l’a qualifié de carrière. Joueur clé de la Coupe du monde FIS depuis ses débuts en slalom à Kitzbuehel il y a 21 ans, Lesero, 41 ans, a choisi Schladming pour sa chanson Swan.

Dans ses 172e startups en Coupe du monde, Lizeroux a terminé sa carrière avec neuf trophées de Coupe du monde et trois victoires. Il a notamment remporté une paire de médailles d’argent aux Championnats du monde (slalom et combiné) des Championnats du monde 2009 à Val d’Isère, et a fait partie de l’équipe de France pour la médaille d’or 2017 aux Championnats du monde 2017 à Saint-Moritz.

Julian Lesero (France)

Le natif de Moûtiers qui a éliminé le Club des Sports La Plagne était à l’avant-garde d’une période de grande réussite française en slalom qui se poursuit aujourd’hui. Depuis ses premières apparitions sur les sites de slalom classique de Kitzbuehel et Kranjska Gora en 2009, Lesero, Jean-Baptiste Grange et plus tard Alexis Pintoro ont été une force dominante dans le slalom de la Coupe du monde. Ils ont servi de modèles pour la montée en puissance de Clement Noel, qui s’est battu pour le titre de Coupe du monde de slalom ces deux dernières années.

Sa troisième victoire en slalom est survenue dans un tournoi classique, s’imposant à Adelboden en 2010.

Julian Lesero (France) vainqueur à Adelboden en 2010.

Lors de sa première victoire en Coupe du monde à Kitzbuehel en 2009, il a mené un balayage français devant Grange et Patrick Thaler, éloignant l’Autrichien Marcel Herscher du podium à la quatrième place.

READ  La star montante du soccer canadien Jonathan David élève Lille pour remporter le titre de Ligue 1

Un an plus tard, lors de sa dernière victoire en Coupe du monde, il remportait une superbe victoire à Adelboden. Après le premier tour, Lizeroux a terminé 12e – 1,15 seconde. Il est de retour sur la pente raide de Chuenisbärgli avec un deuxième plus rapide pour couper Herscher d’environ une seconde.

Bien qu’il n’ait jamais remporté de titre de Coupe du monde, Lesero a été omniprésent au cirque blanc pendant la majeure partie de ses deux décennies. Après sa première course en janvier 2000 à Kitzbuehel, il a fallu huit ans avant qu’il entame sa course vers le sommet. Il s’est classé troisième dans la poursuite du globe de cristal sinueux en 2009 et deuxième en 2010.

Julien Lizeroux (FRA) a reçu une médaille d’argent aux Championnats du monde 2009 à Val d’Isère.

Son moment au soleil est venu à une courte distance de chez lui lors des Championnats du monde 2009 à Val d’Isère. Dans un scénario qui rappelle la médaille d’or olympique de Ted Ligety en 2006, Lizeroux est revenu de vingt-deuxième dans les pistes combinées pour rattraper près de trois secondes, réalisant le meilleur temps du slalom pour remporter une médaille d’argent derrière le Norvégien Aksel Lund Svindal.

Une semaine plus tard, Lizeroux est revenu par derrière pour décrocher la médaille d’argent au slalom. Quatrième après la première mi-temps, Lizeroux a patiné dur dans une deuxième manche brutale qui a fait déchaîner le peloton alors que Ligety et le Suédois Johan Brolenius sont sortis, faisant passer le Français à la deuxième place derrière l’Autrichien Manfred Pranger.

Julian Lizero, ainsi que ses coéquipiers Tessa Worley, Matteo Fever, Alexis Pintorault, Adeline Baud et Nastacia Nens (France).

Aux Championnats du monde 2017 à Saint-Moritz, il a reçu la médaille d’or dans l’épreuve par équipe en tant que réserve pour l’équipe de France gagnante.

READ  Pourquoi Aston Villa a battu le record de transfert du club en signant Emiliano Buendia

Lizeroux a annoncé sa retraite lundi dans un style classique. Il a posté une vidéo de lui-même commençant la course nocturne de 2020 à Schladming, patinant à certaines portes, puis se déplaçant vers son canapé avec sa partenaire Tessa Worley. Le message était justement intitulé: “The End”, avec une musique de fond de Jim Morrison et The Doors avec leur classique de 1970, “The End”.

Les commentaires sur son Instagram se lisent comme Who’s of the White Circus depuis 30 ans. Et avec des centaines de bons voeux, un fil est devenu réalité. Son amitié, son sens de l’humour et sa gentillesse ont été appréciés et nous nous manquerons.

À sa fin à Schladming, il a raté le cutoff au deuxième tour, terminant 35e. Alors que Worley n’était pas là pour fêter sa carrière, Mark a fait le bien avec sa première victoire il y a deux ans, en s’imposant à Kronplatz.

Antoinette Lefurgey

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x