Interview de Deschamps: la défense « complexe » de la Coupe du monde de la France comble le vide de Pogba et Kante

Didier Deschamps pense visualiser les problèmes autour du camp français avec la détermination à laquelle s’attendent tous ceux qui l’ont vu patrouiller au milieu de terrain.

Son expression, comme une série de problèmes devant lui, est constamment dédaigneuse. Qu’en est-il des différences ? des scandales ? L’interminable polémique sur Kylian Mbappe, Paul Pogba, etc. ?

« Non, non », a refusé Deschamps. Ce ne sont pas des désaccords. Ce sont des histoires qui ont été inventées pour se distraire. La seule histoire existante de Paul est son propre problème. Il est une victime. tout le reste… »

Souffle une baie courte et pointue.

« Il y a une atmosphère qui n’est pas calme et sereine, mais tout va bien. »

Deschamps réalise les obstacles sur le chemin de la France alors qu’ils se préparent à défendre Coupe du Monde Il a été levé en Russie en 2018. Mais il ne laissera pas le bruit extérieur s’infiltrer dans le travail qu’il entend garder strictement entre lui, son équipe et les joueurs.

aller plus loin

Lancement de « vidéos d’assurance » en détention – le dernier développement de L’Affaire Pogba

C’est un après-midi ensoleillé sur la Côte d’Azur.

Deschamps déjeune au bord de l’eau à Monaco, non loin de chez lui dans l’un des pittoresques villages français à proximité. Les gens nagent encore dans la mer Méditerranée et parcourent les parcs. Deschamps a l’air détendu et sa voix est détendue, mais il est également optimiste quant à la recherche de moyens pragmatiques de poser un défi sérieux dans un ensemble de circonstances très complexes.


Pogba (avec son coéquipier de la Juventus Leonardo Bonucci, à droite) ne participera pas à la Coupe du monde en raison d’une blessure (Photo : Stefano Guidi/Getty Images)

pour de multiples raisons, FranceLes préparations de l’entreprise sont loin d’être idéales.

Le défaut le plus évident est les blessures qui obligent l’équipe à une reconstruction majeure – perdre à la fois Pogba et N’Golo Kanti Du milieu de terrain déchire beaucoup d’impact artistique et psychologique. Les deux joueurs ont excellé sur le terrain en 2018, et ils ont été des créateurs clés, à leur manière, de l’harmonie dans le vestiaire. Maintenant, le moteur de l’équipe doit être reconstruit avec un nouveau mécanisme après que Pogba (genou) et Kante (ischio-jambiers) aient été exclus du tournoi.

« Évidemment, il est préférable d’avoir toutes les parties vitales et des joueurs avec une expérience internationale », a déclaré Deschamps.

Il se targue d’être si loyal envers ses joueurs, et ces deux gars lui ont fait confiance – et il lui a fait confiance – tacitement. Il est très difficile de remplacer les avantages de cette relation par les meilleurs talents, et comment cela imprègne l’atmosphère au sein de l’équipe. Ne vous y trompez pas, c’est un coup dur dans le quotidien de l’équipe alors que le championnat de football s’intensifie.

Heureusement, la majorité des joueurs dont le physique a causé tant d’incertitudes lors de la préparation de l’annonce de la liste finale de mercredi ont été retenus. Deschamps ne s’intéresse qu’aux joueurs qui seront aptes à jouer dans les matches de groupe – pas de jeu – il est donc réconfortant d’être suffisamment confiant pour choisir Raphaël Varane, Aurélien Chuamini et Karim Benzema, qui feront tous partie intégrante de la colonne vertébrale du héros. Il y a des lieux d’étape à conquérir autour d’eux.

Oh, pour plus de temps pour rassembler le groupe, organiser des sessions, expérimenter avec des groupes, établir des routines et concentrer l’état d’esprit du groupe. Le problème qui amplifie l’absence de Pogba et Kante est que toute réorganisation de l’effectif doit se faire deux fois plus vite. L’une des frustrations partagées par tous les entraîneurs des équipes nationales lors de cette Coupe du monde est le temps limité dont ils disposent pour constituer et perfectionner leur groupe avant le tournoi le plus important de tous les temps. Ah bon?

« D’un point de vue mathématique, bien sûr que non », déclare Deschamps. « Je fais partie de ceux qui font ce travail depuis un moment. Nous avions 28 jours pour préparer la Coupe du monde (2014) au Brésil, 24 jours avant la Russie. Ici, nous aurons une semaine. Nous n’avons pas le temps. » pour pouvoir régler n’importe quoi.

« La particularité de jouer la Coupe du monde en novembre et le changement de calendrier amènent évidemment des défis. Aujourd’hui, les joueurs se retrouvent à jouer trois matchs par semaine, et la Coupe du monde se termine toute la saison. Ce calendrier de tournois nécessite un match tous les quatre jours alors que dans le la dernière Coupe du monde, c’était tous les cinq jours.

« Nous devons faire attention aux acteurs de cette scène, combien de temps ils ont pour récupérer. La surcharge du calendrier peut causer des blessures. Mais nous sommes tous dans le même bateau. »

Deschamps préfère garder pour lui sa vision plus large du Qatar. Il fait la distinction entre sa propre personnalité de citoyen français et la personnalité publique de coach professionnel.

« Il y a beaucoup d’attention médiatique, surtout récemment, mais c’était une décision qui a été prise il y a plus de 10 ans », dit-il, préférant ne pas être un orateur sur les affaires sociales et politiques. « Cette fois, c’est mis en évidence. La Fédération a pris les mesures nécessaires pour que tout soit respecté. »

Il n’est pas contre les protestations individuelles si un participant à la Coupe du monde veut prendre position.

« Pourquoi pas? » Il dit. « Les joueurs défendent les enjeux. Chacun est libre de parler et personne ne ferme la bouche pour les empêcher de s’exprimer. Chacun a ses propres sentiments. Même s’ils portent aujourd’hui leur maillot d’équipe et représentent leur pays, ils ont aussi leurs propres interprétations ensuite. »

Retour au foot.

Deschamps sur la planche à dessin. Il a construit un excellent système pour faire ressortir le meilleur de l’équipe il y a quatre ans, mais serait-il possible d’imiter cela sans deux de ses joueurs clés ? Malgré toutes leurs qualités particulières, Adrien Rabiot et Tchouameni, par exemple, ne sont pas Pogba et Kante. Pas maintenant en tout cas.


Tchwamini pourrait jouer un rôle majeur dans la Coupe du monde (Photo : Jan Katov/Getty Images)

Nécessitera-t-il un changement de tactique ?

« Tout est possible », soutient Deschamps. « Nous pouvons faire les choses différemment. Il n’y a aucune garantie que nous n’y serions pas arrivés il y a quatre ans si nous l’avions fait différemment. La chose la plus importante pour moi est de m’adapter aux joueurs et non l’inverse. Je suis Je ne vais pas choisir un système et y mettre les joueurs, je vais m’assurer de choisir le système car il s’agit des joueurs que je possède. »

Il n’envisage pas de gérer précisément le talent à sa disposition : « Il s’agit d’un cadre. Je ne vais pas leur demander de dribbler, de contrôler le ballon, de tirer ou de passer. Ce n’est pas une PlayStation. »

Avec les lumières brillantes sur lesquelles il peut compter à l’avant, Deschamps exhortera tout le monde à s’assurer de donner le maximum pour fournir tous les aspects défensifs nécessaires comme forme de compensation pour aider le milieu de terrain. « قلب المباراة في خط الوسط مهم ، ولكن قبل كل شيء ، المهاجمون هم من يصنعون الفارق ، ومن يفوزون بالمباريات. لكن هذا لا يكفي في كأس العالم. لا يمكنك أن تكون مهملاً بشأن الصلابة الدفاعية. ذلك يعتمد على الجماعية. كن صلبًا. دافع بشكل Très bon « .

Les souvenirs du traumatisme de la défaite face à la Suisse lors du Championnat d’Europe de l’été dernier – un huitième de finale au cours duquel son équipe a joué un football brillant mais étaient sur le terrain d’une manière qu’ils pouvaient à peine digérer – perdurent. La France menait 3-1 avec moins de 10 minutes à jouer, pour s’effondrer de l’intérieur puis perdre aux tirs au but.

Nous n’avons pas non plus fait le nécessaire en termes de rigidité. Notre jeu ne nous a pas empêchés de nous lancer dans une envolée complète dans les 10 dernières minutes », a déclaré Deschamps. « Il y a eu beaucoup de choses qui nous ont mis en difficulté. »

Cela remonte à l’une de ses convictions fondamentales sur le football et ses joueurs l’entendront souvent au Qatar : « La force de l’équipe est toujours plus importante que la force individuelle. »

Cependant, Mbappe et Benzema portent beaucoup sur leurs épaules. « Comme tous les grands joueurs », dit Deschamps. Il attend beaucoup d’eux et dit qu’ils attendent beaucoup d’eux.

Mbappe attire beaucoup de projecteurs et Deschamps pense qu’il peut continuer à livrer « Wow! » des moments. « Lors de la dernière Coupe du monde, Kylian est entré dans l’histoire, il avait quatre ans de moins que lui maintenant. C’est un compétiteur, et il en veut évidemment plus. Il n’y a pas de limite. Mais il a déjà fait tellement de jeunes que les gens s’attendent à ce qu’il en fasse plus. » il marque un but, Il peut marquer deux ou trois buts.

« C’est clair dans sa tête – il veut s’assurer qu’il peut être le meilleur. »


Didier Deschamps dit que Kylian Mbappe n’a pas de limites (Image : Visionhaus/Getty Images)

Le football a souvent enseigné que le malheur d’un joueur peut être l’opportunité d’un autre joueur, et ceux qui ont été choisis dans l’équipe ont maintenant une chance d’avancer et d’être admirés.

Tchwamini, 22 ans, devient incontournable dans l’entrejeu. Deschamps est fan de Real Madrid La mentalité du joueur ainsi que ses qualités techniques.

Le relatif manque d’expérience est évident dans les matchs gagnés par les autres membres de l’équipe dans ce secteur de l’équipe : Eduardo Camavinga (quatre), Youssef Fofana (deux), Matteo Guendouzi (six), Jordan Veretot (cinq). Deschamps a par le passé bénéficié de joueurs peu éprouvés dans l’équipe nationale qui ont magnifiquement participé à la Coupe du monde. Pensez à Benjamin Pavard en 2018, par exemple. Le défenseur du Bayern Munich a disputé six sélections lors de ce tournoi.

Quatre ans, c’est long dans le football.

La Coupe du monde n’a pas été défendue avec succès depuis 60 ans – depuis lors Brésil Ils ont répété leur victoire en 1958 en 1962. Un seul entraîneur a fait ce que Deschamps espérait faire au Qatar, menant son pays à des victoires consécutives en finale de la Coupe du monde, Vittorio Pozzo en 1934 et 1938.

Deschamps est pragmatique, et affirme que comme la plupart des championnats, il y a « huit à 10 (équipes) qui peuvent légitimement tenir le titre dans leur ligne de mire ». Il ignore parler de qui peut ou non être un favori. Qui peut dire? Beaucoup de choses peuvent se passer pendant la folle bulle du football.

La simple mention de l’histoire de la France de poursuivre une Coupe du monde stellaire tout en descendant dans l’abîme conduit à une autre confrontation rapide.

Il n’y a aucune mention de la crise de 2002 lorsque les champions en titre ont été éliminés de la phase de groupes sans victoire ni même un but. Deschamps, le capitaine de 1998, a pris sa retraite du football international en 2000, il n’a donc pas tardé à rappeler à tout le monde qu’il n’était pas dans son cadre de référence.

« Défendre le titre est très compliqué », dit-il. Pour essayer de maintenir un niveau élevé, il oriente la nécessité d’aborder les niveaux psychologique, physique et tactique. « Il y a toujours un peu de tout, mais c’est la réalité du football de haut niveau. Quand on est au plus haut niveau, gagner c’est très difficile, mais maintenir c’est encore plus difficile. »

Deschamps est l’entraîneur de l’équipe de France depuis plus d’une décennie. Vainqueur du titre en tant que joueur et maintenant entraîneur, son palmarès est enviable. Il a représenté son pays à ce titre un total de 235 fois. Mais cela ne signifie pas que son avenir est en jeu. Il n’est pas certain qu’elle perdurera au-delà de la Coupe du monde, avec la vieille France et Juventus Le partenaire du milieu de terrain Zinedine Zidane n’occupe pas de postes de club et flotte en arrière-plan.

« Je n’ai pas entendu », dit Deschamps. « Je ne m’inquiète jamais pour moi. J’ai toujours la même envie, la même détermination. »

Au total, cela conduit à la phrase archétypale de Deschamps : « Je ne suis pas ici pour m’amuser. Je suis ici pour gagner. »

(Graphique principal – Images : Getty Images / Design : Sam Richardson)

READ  La production de fromage de Salers arrêtée en France à cause de la sécheresse

Léonard Lachapelle

"Future teen idol. Pionnier hardcore de Twitter. Evangéliste de voyage d'une humilité exaspérante."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x