frappes aériennes israéliennes sur Gaza pour le deuxième jour ; Les extrémistes répliquent avec des missiles

lui attribue…Oded Balilty/Associated Press

Le Hamas est resté largement à l’écart des combats à Gaza samedi, ce qui laisse entrevoir la possibilité que le cycle actuel de violences transfrontalières soit contenu à la fois dans son ampleur et sa durée.

Le chef du bureau politique du Hamas, Ismail Haniyeh, a fait des déclarations non contraignantes, dans lesquelles il a déclaré qu’Israël porte l’entière responsabilité de la récente escalade sans entrer dans les détails des intentions du Hamas.

Une des raisons pourrait être l’emploi. Depuis le dernier conflit majeur à Gaza en mai de l’année dernière, Israël a changé sa politique envers Gaza dans ce que les responsables décrivent comme un effort pour préserver la paix, offrir des incitations économiques aux deux millions de civils dans l’enclave côtière et augmenter les enjeux si le Hamas décide rejoindre le combat.

Les responsables de la sécurité israélienne ont délivré des milliers de permis aux Gazaouis pour leur permettre d’entrer quotidiennement en Israël pour travailler dans l’agriculture et la construction. Environ 14 000 travailleurs palestiniens de Gaza travaillent en Israël au cours des derniers mois, le plus grand nombre depuis que le Hamas a pris le contrôle de la bande de Gaza en 2007, et Israël a promis de porter ce nombre à 20 000.

En plus de cette relance économique, Tsahal a également mis en garde contre les conséquences désastreuses d’une autre série de combats majeurs à Gaza. Des responsables militaires ont publié ce qu’ils décrivent comme des rapports de renseignement montrant des tunnels du Hamas et d’autres infrastructures militaires construits au cœur des zones résidentielles de Gaza, suggérant que les pertes civiles sont inévitables dans une campagne militaire.

READ  Prince Charles du Rwanda: Clarence House refuse de commenter le rapport selon lequel le prince de Galles trouve le plan britannique d'envoyer des migrants au Rwanda "épouvantable"

En plus des permis de travail, Israël a également permis des améliorations ces derniers mois qui ont élargi l’approvisionnement en eau et en électricité de Gaza et augmenté la capacité d’importation et d’exportation.

Des responsables militaires ont déclaré que davantage de matériel médical avait été importé et que les exportations de produits agricoles de Gaza, de pêche, d’industries textiles et de meubles avaient doublé au premier semestre de cette année par rapport à la même période l’an dernier.

Mais ces derniers jours, lorsque le Jihad islamique a menacé de se venger de Gaza pour l’arrestation par Israël de l’un des principaux dirigeants du groupe en Cisjordanie, Israël a fermé les passages frontaliers, empêchant la circulation des personnes et des biens vers et depuis Gaza. Les résidents israéliens vivant près de la frontière ont été effectivement soumis à un couvre-feu, toutes les routes dans les zones proches de Gaza étant fermées.

Le général de division Ghassan Alyan, chef de l’appareil militaire israélien chargé de la liaison avec les affaires civiles en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza, a transmis vendredi un message brutal au Hamas, décrivant le choix auquel il est confronté en termes de soutien au Jihad islamique ou de rester en dehors de celui-ci. . Cette série de combats.

« La responsabilité incombe au Hamas », a-t-il déclaré dans un clip vidéo publié sur la page Facebook de l’Agence arabe. « Est-elle plus soucieuse d’aider la population de Gaza, ou est-elle plus intéressée par l’aide aux organisations dissidentes ?

La décision du Hamas de rester à l’écart jusqu’à présent rappelle une brève série de combats transfrontaliers en 2019. Ce cycle s’est également ouvert avec une frappe aérienne israélienne qui a tué à ses côtés le chef du Jihad islamique Baha Abu al-Atta. Sa femme, Asmaa Abu al-Atta, a incité le Jihad islamique à lancer des centaines de roquettes sur Israël.

READ  La police italienne arrête des dirigeants de partis d'extrême droite après des émeutes anti-extrémismes

Au cours des deux jours suivants, Israël a tué 34 personnes à Gaza, dont environ deux douzaines de militants et plusieurs enfants. Mais le Hamas Choisissez de ne pas rejoindrecontenant la portée des hostilités.

En revanche, c’est le Hamas qui a lancé la dernière grande conflagration à Gaza en mai 2021, lorsqu’il a lancé un barrage de roquettes vers Jérusalem après des semaines d’escalade des tensions israélo-palestiniennes et des affrontements dans la ville contestée.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x