France: Questions et réponses – Politiques de vaccination des employeurs contre le COVID-19 (mise à jour) | Groupe de droit universel

[author: Fabien Pomart]*

Nous avons demandé aux sociétés membres du monde entier de fournir des informations sur les droits d’un employeur et d’un employé lorsqu’il s’agit de demander un vaccin COVID-19 pour retourner au travail. Les réponses de la France ont été mises à jour avec de nouvelles questions depuis leur première publication en janvier. (Consultez les réponses d’autres pays.)

Un employeur peut-il demander la vaccination COVID-19 obligatoire? Dans l’affirmative, y a-t-il des exceptions ou des circonstances particulières dont l’employeur devrait tenir compte?

Non, en vertu de la loi française, les employeurs ne peuvent pas les forcer à se faire vacciner contre le COVID-19.

La vaccination obligatoire des salariés est, jusqu’à présent, limitée à certains secteurs professionnels spécifiques en vertu de la législation française sur la santé publique. A ce titre, une personne qui, dans une institution ou un organisme public ou privé de soins préventifs ou d’hébergement de personnes âgées, doit être vaccinée avec une activité professionnelle qui expose ou expose les personnes dont elle est responsable aux risques de contamination contre l’hépatite B, diphtérie, tétanos, polio et grippe. En outre, les personnes travaillant dans un laboratoire de biologie doivent être vaccinées contre la fièvre typhoïde.

L’article R4426-6 de la loi sur le travail prévoit simplement une recommandation de vaccination lorsque les employés peuvent être exposés à des agents pathogènes biologiques (tels que le COVID-19): «L’employeur peut recommander, le cas échéant et sur la suggestion d’un médecin du travail, les employés qui n’ont pas été immunisés contre des agents biologiques, causant des maladies auxquelles ils sont exposés ou auxquels ils peuvent être exposés, afin de procéder à des vaccinations appropriées à ses frais. Cependant, le personnel reste libre de rejeter la recommandation de vaccination.

READ  Mise à jour 2 - RES conservera ses services d'assistance en France après l'accord avec Hanwha

Les employés peuvent-ils refuser la vaccination? Comment un employeur doit-il équilibrer son engagement à fournir un environnement de travail sûr et les droits des employés?

Oui, car les employés ne sont pas tenus de se faire vacciner contre le COVID-19.

L’équilibre tend ici en faveur des droits fondamentaux des salariés de refuser la vaccination, bien que l’employeur puisse – par précaution – obliger les salariés à travailler à distance afin d’éviter toute situation dangereuse sur le lieu de travail.

En cas de rejet, un salarié peut-il être licencié pour avoir refusé de se conformer à la politique de vaccination de l’employeur? Le refus de l’employé constituera-t-il une juste cause de licenciement?

Non, le licenciement sur la base du refus du salarié de se faire vacciner sera considéré comme un licenciement discriminatoire et sera annulé par le tribunal du travail. Dans un tel cas, le salarié peut demander à être réintégré à son emploi précédent (tout en remboursant son salaire en même temps) ou, s’il refuse de le renvoyer, il peut recevoir une indemnité d’au moins 6 mois de salaire (ce montant peut augmentée en fonction de l’âge et de l’ancienneté de l’employé. Temps de séparation).

Quels avantages ou facilités les employeurs devraient-ils offrir aux employés vaccinés?

Aucun avantage ou équipement spécifique ne doit être mis en œuvre pour les employés vaccinés. En effet, la vaccination relève du secret médical et les employeurs ne peuvent donc pas identifier les salariés vaccinés ou non vaccinés dans les entreprises. De plus, la vaccination n’étant pas obligatoire en France, les prestations ou facilités prévues pour les salariés vaccinés seront considérées comme une inégalité de traitement, ce qui est illégal en droit français.

READ  Emmanuel Macron a annoncé que le porte-avions "Charles de Gaulle" aurait un successeur à propulsion nucléaire

Les employés vaccinés peuvent-ils refuser de travailler dans le même voisinage que les employés non vaccinés?

Les employés ne peuvent pas refuser de travailler dans le même voisinage que les employés qui n’ont pas été vaccinés, faute de quoi ils peuvent faire l’objet de sanctions disciplinaires.

Cependant, les employeurs sont tenus de fournir un lieu de travail sûr à tous les employés, qu’ils soient vaccinés ou non. Cela signifie que tous les employés doivent être fournis par l’employeur avec des conditions de travail visant à restreindre les communications de temps à autre.

Dans votre pays, les employeurs doivent-ils accorder un congé payé aux employés pour se faire vacciner?

Aucun congé payé n’a été mis en place pour permettre aux employés de se faire vacciner, à moins que les employés ne soient vaccinés avec le médecin du travail.

Dans un tel cas, le ministère du Travail déclare que «Si le salarié choisit de se rendre au service de médecine du travail, il a le droit de s’absenter pendant ses heures de travail. Il n’est pas nécessaire d’arrêter le travail et l’employeur ne peut pas s’opposer à son absence de quelque manière que ce soit. Le salarié informe l’employeur de son absence. Pour effectuer un examen médical sans qu’il soit nécessaire d’en déterminer la cause. “

Si l’employé choisit de se faire vacciner chez son propre médecin, le ministère du Travail déclare qu ‘«il n’y a pas de congé automatique. Cependant, les employeurs sont encouragés à faciliter la vaccination des employés. L’employé est encouragé à contacter l’employeur afin de déterminer la meilleure façon d’organiser la vaccination à partir de Pendant le dialogue. “

READ  Boku collabore avec des opérateurs français pour lancer des services d'identité mobile en France

*Chaussures de bar

Léonard Lachapelle

"Future teen idol. Pionnier hardcore de Twitter. Evangéliste de voyage d'une humilité exaspérante."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x