Femmes au pouvoir : les élections au Conseil de la Choura au Qatar font-elles pencher la balance ? – Nouvelles de Doha

Pour la première fois, des femmes qataries se préparent à participer aux élections historiques du Conseil de la choura du pays.

Le Qatar est à quelques jours de la tenue des élections historiques du Conseil de la Choura, les premières du genre dans l’État du Golfe suite à la décision d’aller de l’avant avec le vote de l’émir Cheikh Tamim bin Hamad Al Thani l’année dernière.

L’élection, largement saluée comme une étape positive vers la représentation, a vu des dizaines de femmes qataries s’inscrire comme candidates dans la première étape majeure du pays vers le pluralisme et la participation.

Environ 40 candidates ont présenté leur candidature aux élections et la liste finale se composait de 28 femmes.

Pour quiconque regarde le Qatar, ce n’est pas surprenant.

La participation accrue des femmes à la vie publique et à l’accès à l’éducation a été favorisée par les membres féminins de la famille royale, notamment Sheikha Mozah bint Nasser al-Misnad, qui a poussé à des réformes sociétales historiques au début des années 2000.

Sheikha Mozah est la co-fondatrice et présidente Fondation du Qatar (Qatar Foundation), qui a placé le Qatar sur la carte en tant que leader en matière d’éducation, de science et de développement culturel dans la région et dans le monde en général.

Lire aussi : Sheikha Moza se joint à la Qatar Foundation pour célébrer son 25e anniversaire en honorant « l’autonomisation de l’innovation »

Elle est également militante et fondatrice des Objectifs de développement durable des Nations Unies L’éducation avant tout, qui offre une éducation aux enfants non scolarisés du monde entier. a également fondé votre lien, une entreprise sociale qui favorise les opportunités économiques et crée des opportunités d’emploi pour les jeunes de la région.

Doha News s’est entretenu avec certaines des candidates aux prochaines élections pour en savoir plus sur leur vision.

De la circonscription 7, la candidate Maryam Kamal Al-Maslamani a déclaré que l’évolution vers un système électoral démocratique a été bien accueillie par le peuple qatari, comme en témoigne le grand nombre de citoyens participant à la fois aux élections et aux campagnes électorales.

“Nous sommes très fiers d’être un pays qui participe à une telle expérience”, a-t-elle déclaré. “En tant que femme, j’aspire à avoir une voix et une présence dans ma communauté et à être représentée dans la plus haute législature du pays.”

C’est cette passion qui a incité Al-Maslamani à représenter les femmes qataries à des postes gouvernementaux de haut niveau et à souligner leur rôle important et leur contribution à la société. « Faire partie de ce conseil me permet d’exprimer mes préoccupations et de diriger le changement », a-t-elle déclaré.

“Je veux montrer que les femmes qataries peuvent non seulement atteindre la plus haute assemblée législative du pays, mais aussi mettre en œuvre des stratégies et des lois qui complètent les croyances religieuses et les valeurs sociales”, a-t-elle affirmé.

Al-Qatariah a souligné que l’inclusion des femmes au sein du Conseil de la Choura vise à représenter tous les citoyens au sein du gouvernement, ajoutant que le grand nombre de candidates est une indication de maturité politique.

Auparavant, quatre femmes étaient nommées au Conseil de la Choura pour l’année 2017.

Concernant les problèmes des femmes, Al-Maslamani estime que « les femmes sont plus qualifiées pour exprimer leurs préoccupations et aborder les problèmes liés à leurs expériences.

“Nous savons tous que la principale supporter et notre modèle est Sheikha Mozah, qui est une pionnière dans ce domaine. Elle a œuvré pour donner aux femmes une place dans la société et assurer leur accès au savoir et à l’éducation, ce qui a fait d’elle une championne pour tous les qatariens. femmes.”

READ  La LNH enquêtera sur les allégations de paris de Kane sur les matchs

Alors que l’objectif de la plupart des candidates est d’être élue au prochain Conseil de la Choura, la candidate Aisha Jassim Al Kuwari de la circonscription 22 a déclaré qu’elle participait par devoir.

“Je dis toujours que chaque citoyen peut apporter une contribution positive à la politique, et pour que ce processus politique fonctionne, nous devons tous participer”, a-t-elle déclaré.

Elle a expliqué que l’une des raisons qui l’avaient poussée à se présenter aux élections était de bénéficier de ses vastes connaissances et de son expérience pour servir son pays et son peuple.

Elle a dit que l’une des questions les plus importantes qui doivent être abordées est l’éducation, les jeunes et les droits des femmes.

Elle a souligné que “les jeunes doivent être formés et qualifiés pour assumer des postes de direction à l’avenir afin qu’ils puissent diriger l’État”. Elle a souligné que les candidats élus et nommés « ont le devoir de soutenir les jeunes à tous les niveaux, que ce soit dans l’éducation, le sport ou la politique. Nous portons une responsabilité collective.

Al-Kuwari a également abordé la question des femmes qataries et de leurs droits. « Il y a des lois qui doivent être mises en œuvre pour protéger les intérêts immédiats des femmes qataries, par exemple sur « l’emploi des femmes ».

Elle est également en faveur d’un système de travail à temps partiel – une proposition qui a été récemment approuvée par le Cabinet qatari.

Lire aussi : L’État du Qatar approuve un projet de décision de travailler à temps partiel

Cette décision, saluée comme une étape positive pour la stabilité familiale dans l’État du Golfe, permettra aux employés du gouvernement qatari de postuler pour un travail à temps partiel dans le cadre d’une stratégie visant à améliorer les conditions de vie des citoyens et des résidents.

Al-Kuwari a souligné que “l’équilibre est important pour réussir sur le lieu de travail tout en maintenant la stabilité familiale”.

Interrogée sur la raison du grand nombre de femmes candidates aux élections à venir, elle a déclaré : « Les législateurs n’ont pas fait de distinction entre les hommes et les femmes lors de l’adoption des lois électorales, et les femmes qataries ont acquis les connaissances et l’éducation nécessaires pour occuper des postes de direction au sein du gouvernement. . “

Elle a souligné que le succès d’aujourd’hui n’a pas de frontières ni de genre, faisant l’éloge des femmes qataries qui ont atteint des postes élevés dans des domaines tels que le droit, l’éducation, la santé et autres.

De tels modèles encouragent les femmes qataries à s’intégrer dans la société et à jouer un rôle positif. Nous pensons que les candidats élus et nommés mettront en œuvre avec succès le plan du Qatar pour réaliser sa Vision 2030.

Al-Kuwari a souligné que « la participation et la présence des femmes au Conseil de la choura sont importantes car il y a certaines questions que les femmes se rapportent et comprennent différemment des hommes, comme les droits des femmes, en particulier pour les femmes divorcées ou les veuves ».

Un autre candidat, Moubarak Hamad Al Masoud, était d’accord avec Al Kuwari, ajoutant que « la plupart des problèmes que nous devons aborder ont un plus grand impact sur nous, et nous avons de grands espoirs que ce conseil comprendra des femmes hautement qualifiées, élues et nommées ».


Suivez Doha News sur TwitterEt InstagramEt Site de réseautage social Facebook Et Youtube

READ  Israël place les États-Unis, l'Italie, la France et la Grèce sous avertissement de voyage sévère

Léonard Lachapelle

"Future teen idol. Pionnier hardcore de Twitter. Evangéliste de voyage d'une humilité exaspérante."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x