Enel et la Qatar Investment Authority pour développer les sources d’énergie renouvelables en Afrique subsaharienne

Enel Green Power, la branche énergie renouvelable d’Enel Green Power (EGP) et filiale de la Qatar Investment Authority (QIA), a signé un accord de partenariat en coentreprise visant à financer, construire et exploiter des projets renouvelables en Afrique subsaharienne. Les deux parties ont également signé un accord en vertu duquel la Qatar Investment Authority acquerrait 50% de la part de la livre égyptienne dans les projets en cours d’exploitation et en construction en Afrique du Sud et en Zambie d’une capacité d’environ 800 mégawatts.

PDG et directeur général d’Enel Francesco Staras Il a déclaré que les deux entreprises travailleront ensemble pour accélérer la création d’une large empreinte énergétique verte en Afrique subsaharienne, ce qui contribue à la poursuite continue de leurs objectifs ambitieux dans ce secteur en exploitant davantage l’énorme potentiel renouvelable de la région et en contribuant à un modèle de développement économique plus durable dans cette partie du monde.

Commentant l’annonce, le PDG de la Qatar Investment Authority a déclaré Mansoor bin Ebrahim Al-Mahmoud Il a salué le partenariat de son entreprise avec Enel Green Power pour investir dans la production d’énergie propre en Afrique subsaharienne. La Qatar Investment Authority s’est engagée à soutenir la transition vers un avenir sobre en carbone et nous pensons que cet investissement peut avoir un impact environnemental et social significatif. Nous partageons une vision commune avec Enel pour soutenir les efforts de décarbonisation et nous pensons que cet investissement représente une excellente opportunité de développer et de développer une plateforme pionnière d’énergie renouvelable dans la région.

READ  L'Inde et la France collaborent pour éliminer les plastiques à usage unique

Dans cette première phase, l’accord inclut l’acquisition par la Qatar Investment Authority d’une participation de 50% dans la livre égyptienne dans quatre projets en cours de construction en Afrique du Sud et deux usines en opération dans le même pays ainsi qu’en Zambie, d’une capacité totale d’environ 800 MW. (“Presse-papiers principal”). La transaction globale est soumise à une «approbation de changement de contrôle» et à un «permis antitrust» des institutions et autorités réglementaires compétentes. Dans le cadre de cet accord, la livre égyptienne et la Qatar Investment Authority formeront une nouvelle entité juridique pour les développements futurs en Afrique subsaharienne. Après la clôture, toutes les entités juridiques peuvent être fusionnées en une seule société commune.

Le portefeuille principal, d’une capacité totale installée d’environ 800 MW, se compose d’une centrale fonctionnant déjà à pleine capacité en Zambie (centrale photovoltaïque de Nguni, capacité de 34 MW), d’une centrale récemment connectée en Afrique du Sud (parc éolien de Nxuba 148 MW) et de quatre projets En cours de construction (avec un total de 587 MW), il s’agit des parcs éoliens sud-africains d’Oyster Bay (148 MW), Garoube (145 MW) et Karoza (147 MW) ainsi que Sutwater (147 MW). Ces usines ont des PPA à long terme. Oyster Bay, Karusa, Soetwater et Garob devraient être opérationnels en 2021.

En Afrique du Sud, Enel Green Power conservera la propriété de plus de 500 MW, dont les parcs éoliens de Nojoli (88 MW) et de Gibson Bay (111 MW), ainsi que les centrales solaires d’Upington (10 MW), Adams (82,5 MW) et Pulida (82,5 MW). 82,5 MW), Tom Burke (66 MW), Baleishwil (82,5 MW).

READ  Le retour de l'étape des phoques sur la côte nord de la France | Voix de l'Amérique

A (82,5 MW), Tom Burke (66 MW), Baleishwil (82,5 MW).

Léonard Lachapelle

"Future teen idol. Pionnier hardcore de Twitter. Evangéliste de voyage d'une humilité exaspérante."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x