Désaccord sur les déclarations du Prophète : Livre de la police indienne Nupur Sharma, membre du BJP, et al | Actualités sur l’islamophobie

Une plainte a été déposée contre la porte-parole du parti arrêtée pour « incitation à la polémique », quelques jours après avoir tenu des propos désobligeants lors d’un débat télévisé.

La police de New Delhi a déclaré qu’elle avait déposé une plainte contre une porte-parole suspendue du parti au pouvoir en Inde pour « incitation des gens pour des motifs controversés », quelques jours après que ses propos insultants envers le prophète Mahomet ont provoqué une réaction diplomatique.

Plusieurs pays à majorité musulmane ont condamné l’Inde après que Nupur Sharma, qui appartient au parti Bharatiya Janata du Premier ministre Narendra Modi, a commenté le Prophète lors d’un récent débat télévisé la semaine dernière.

La police de Delhi a déclaré jeudi qu’elle avait enregistré deux premières plaintes – connues sous le nom de premiers rapports d’information ou FIR – sur la base « d’une analyse des médias sociaux contre ceux qui tentent de déstabiliser le calme public et d’inciter les gens à se diviser ».

« L’un est lié à Mme Nupur Sharma et l’autre est contre plusieurs entités de médias sociaux », a déclaré la police sur Twitter, sans préciser quels messages ont déclenché la plainte et quelles entités.

Un manifestant piétine une affiche de Nupur Sharma du BJP lors d’une manifestation à Mumbai [File: Francis Mascarenhas/Reuters]

Selon les médias indiens, Navin Kumar Jindal, qui dirigeait la cellule médias du BJP à New Delhi avant d’être expulsé par le parti pour ses tweets anti-islam, a été arrêté par la police.

Saba Naqvi et le prêtre hindou radical Yati Narsingan et Saraswati ont également été signalés comme faisant des reportages sur des informations de presse dans des affaires liées à la « propagation de la haine » sur les réseaux sociaux, selon les informations.

READ  Le président taïwanais confirme que les forces américaines ont formé des soldats sur l'île - CNN

En Inde, le dépôt d’une plainte est la première procédure de toute enquête policière et est généralement suivi d’un interrogatoire de l’accusé.

« Même avec des avis envoyés aux courtiers de médias sociaux pour obtenir des détails sur les personnes derrière ces comptes/entités, la police de Delhi #appelle tout le monde à s’abstenir de publier tout ce qui pourrait perturber l’harmonie sociale et communautaire », a écrit la police de Delhi sur Twitter.

Al-Qaïda lance des menaces : les médias indiens

Mercredi, l’Inde a également renforcé la sécurité publique dans certaines villes après la diffusion d’un message présumé avertissant d’attaques en représailles aux propos insultants du prophète Sharma.

Le 6 juin, plusieurs groupes de médias indiens ont publié une lettre attribuée à la branche d’Al-Qaïda dans le sous-continent indien (AQIS), dans laquelle des menaces étaient proférées de commettre des attentats-suicides dans les États indiens pour « défendre l’honneur » du Prophète.

L’agence de presse Reuters a cité un responsable du ministère fédéral de l’Intérieur disant que les agences de renseignement vérifient la validité des menaces proférées par Al-Qaïda en Mésopotamie.

« Nous avons également demandé à la police d’État de veiller à ce qu’aucun rassemblement ou manifestation publique ne soit autorisé car ils pourraient être ciblés par le groupe militant », a déclaré un haut responsable du ministère de l’Intérieur à New Delhi, selon Reuters.

Manifestation en Inde
Un manifestant tient le drapeau national de l’Inde lors d’une manifestation pour exiger l’arrestation de Sharma à Kolkata [File: Rupak De Chowdhuri/Reuters]

Pendant ce temps, les appels au boycott des produits indiens dans les pays du Golfe se sont intensifiés en raison des remarques de Sharma tandis que le parti politico-religieux pakistanais, Jamaat-e-Islami, a appelé à une marche de protestation vers l’ambassade indienne à Islamabad plus tard jeudi.

READ  La Chine envoie des gens dans des « camps de quarantaine » avant les Jeux olympiques pour réprimer l'épidémie de COVID-19

Lundi, le ministère indien des Affaires étrangères a déclaré que les commentaires et les tweets offensants ne reflétaient en aucun cas les vues du gouvernement.

Le parti de droite Bharatiya Janata a également demandé à ses porte-parole d’être « extrêmement prudents » lorsqu’ils parlent de religion dans les débats télévisés ou sur les plateformes publiques.

La colère en Inde a pris un nouvel élan après que les dirigeants de plusieurs pays musulmans, dont le Qatar, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Oman, l’Indonésie, la Malaisie, le Pakistan, l’Iran et l’Afghanistan, ont exigé que New Delhi s’excuse et convoque des diplomates pour protester contre les déclarations.

L’influente Organisation de la coopération islamique (OCI), qui compte 57 nations, a déclaré dans un communiqué que les insultes s’inscrivaient dans le contexte d’une atmosphère croissante de haine envers l’islam en Inde et de harcèlement systématique des musulmans.

La nouvelle controverse est devenue un défi diplomatique pour Modi, qui ces dernières années a noué des liens étroits avec les États du Golfe riches en énergie.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x