Des interrogations sur l’authenticité du tableau déclenchent une dispute entre Riyad et Paris – Journal

Des interrogations sur l’authenticité du tableau déclenchent une dispute entre Riyad et Paris – Journal

Un documentaire français a soulevé de nouveaux soupçons sur le tableau le plus cher du monde, Salvatore Mundi, attribué à Léonard de Vinci, et a révélé une querelle diplomatique qui en résultait entre la France et son propriétaire saoudien.

La peinture a été vendue aux enchères Christie’s 2017 à New York pour un montant record de 450 millions de dollars.

Il a été révélé plus tard que l’acheteur secret était le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, bien que cela soit toujours rejeté à Riyad. Mais il y a toujours eu des questions quant à savoir s’il s’agissait entièrement du travail de Da Vinci.

Le problème a refait surface lorsque le tableau n’a pas été présenté comme prévu au Louvre Abu Dhabi en 2018, puis dans le blockbuster Da Vinci Gallery du musée du Louvre à Paris l’année suivante.

Commence maintenant le film documentaire, intitulé À vendre, d’Antoine Witkin, qui sera diffusé pour la première fois à la télévision française la semaine prochaine, pour révéler ce qui se passe dans les coulisses.

Dans le film, des hauts fonctionnaires du gouvernement du président Emmanuel Macron, apparus sous des pseudonymes, ont affirmé qu’une analyse scientifique de la somptuosité du tableau concluait que, bien qu’il ait été produit dans l’atelier de Da Vinci, le maître lui-même ne faisait que “contribuer” au La peinture.

Cela semble s’être mal passé avec les Saoudiens.

Le désaccord porte sur l’authenticité

«Les choses sont devenues incompréhensibles», déclare un responsable français dans le film. “La demande de Mohammed ben Salmane (Mohammed ben Salmane) était très claire: montrez Salvatore Mundi à côté de la Joconde, et présentez-la comme 100% Da Vinci.”

READ  Le Festival du film français d'Aotearoa annonce une augmentation des entrées en 2021, le Festival du film scandinave

Le responsable affirme que les Saoudiens ont proposé diverses offres, mais sa recommandation à l’Elysée était que cela reviendrait à «blanchir une œuvre d’art d’une valeur de 450 millions de dollars».

Le documentaire allègue que certains membres du gouvernement français, dont le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, ont fait pression en faveur de la demande de MBS. Ils ont exprimé leur inquiétude quant à l’impact que cela aurait sur la vaste relation stratégique et économique de la France avec l’Arabie saoudite.

Mais le documentaire indique que Macron a finalement décidé de rejeter la demande saoudienne, laissant au Louvre le soin de négocier avec les Saoudiens sur la manière d’afficher rétrospectivement le tableau. Aucun accord n’a été conclu et le musée a refusé de commenter la question.

“Les Saoudiens ont peur de cette polémique sur l’originalité”, déclare Chris Dercon, qui dirige l’un des plus grands musées de France et conseille le gouvernement saoudien sur l’art, dans le documentaire.

«Ils craignent que les gens, tant au pays qu’à l’étranger, disent: ‘J’ai dépensé tout cet argent pour quelque chose qui n’est pas Da Vinci.’

Le tableau a été initialement acheté en 2005 pour seulement 1 175 $ par un marchand d’art de New York et a été restauré aux États-Unis.

Plusieurs experts britanniques ont certifié le tableau comme un Da Vinci perdu depuis longtemps et il a été présenté comme tel à la National Gallery de Londres en 2011 avant d’être vendu à l’oligarchie russe pour 127,5 millions de dollars deux ans plus tard.

Publié le Dawn, le 8 avril 2021

READ  Ines de la Fresange parle du style français

Emmy Tailler

"Fanatique maléfique de la télévision. Fier penseur. Wannabe pionnier d'Internet. Spécialiste de la musique. Organisateur. Expert de la culture pop hardcore."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x