Des images époustouflantes révèlent la vue la plus détaillée de la Voie lactée en ondes radio : ScienceAlert

Deux grands programmes de recherche en astronomie, appelés EMU et PEGASUS, ont uni leurs forces pour résoudre l’un des mystères de notre Voie lactée : Où sont tous les restes de supernova ?

une Reste de supernova C’est un nuage de gaz et de poussière en expansion qui représente la dernière étape de la vie d’une étoile, après son explosion en supernova. Mais le nombre de restes de supernova que nous avons détectés jusqu’à présent à l’aide de radiotélescopes est très faible.

Les modèles prédisent quintuple, alors où sont les modèles manquants ?

Nous avons recueilli des observations de deux des plus grands radiotélescopes au monde en Australie, à savoir Radiotélescope ASKAP et le Radiotélescope de Parkes, Moryangpour répondre à cette question.

gaz interstellaire

La nouvelle image révèle de fines vrilles et des amas de nuages ​​liés par de l’hydrogène gazeux qui remplit l’espace entre les étoiles.

Nous pouvons voir des sites où de nouvelles étoiles se forment, ainsi que des restes de supernova. Dans seulement ce minuscule point, seulement environ un pour cent de l’ensemble de la Voie lactée, nous avons détecté plus de 20 nouveaux restes de supernova possibles là où seulement sept étaient connus auparavant.

Image ASKAP/EMU (R. Kothes/NRC/E. Carretti/INAF).
Des vrilles de gaz vertes détaillées remplissent les vides interstellaires
Collage ASKAP/EMU plus Parkes/PEGASUS. (R. Kothes/NRC/E. Carretti/INAF).

Ces découvertes ont été menées par l’étudiante au doctorat Brianna Ball de l’Université canadienne de l’Alberta, en collaboration avec son superviseur, Roland Kothes du Conseil national de recherches du Canada, qui a préparé l’image.

Ces nouvelles découvertes indiquent que nous nous rapprochons de l’identification des restes manquants.

Pourquoi les voyons-nous maintenant alors que nous ne pouvions pas le faire auparavant ?

READ  Regardez les tardigrades faire une adorable promenade sur leurs petites pattes courtes

Le pouvoir d’unir les forces

je conduis le Carte évolutive de l’univers Ou encore le programme EMU, un projet ambitieux avec ASKAP pour réaliser le meilleur atlas radio de l’hémisphère sud.

L’EMU mesurera environ 40 millions de nouvelles galaxies lointaines et merveilleuses trous noirsPour nous aider à comprendre comment les galaxies ont changé tout au long de l’histoire de l’univers.

Les premières données de l’UEM ont déjà conduit à une découverte circuits radio individuels (ou « ORC »)révélé Anomalies rares comme les « fantômes dansants ».

Pour tout télescope, la résolution de ses images dépend de la taille de son ouverture. Les interféromètres tels qu’ASKAP simulent l’ouverture beaucoup plus grande d’un télescope. Avec 36 paraboles relativement petites (chacune de 12 mètres et 40 pieds de diamètre) mais une distance de 6 kilomètres (4 miles) reliant la plus éloignée de ces paraboles, ASKAP simule un seul télescope avec une parabole de 6 kilomètres de large.

Cela donne à ASKAP une bonne précision, mais cela se fait au prix d’une émission radio perdue à plus grande échelle. Dans la comparaison ci-dessus, l’image ASKAP seule apparaît très structurelle.

Pour récupérer ces informations manquantes, nous nous sommes tournés vers un projet compagnon appelé PEGASUS, dirigé par Ettore Caretti de l’Institut national italien d’astrophysique.

PEGASUS utilise le télescope Parkes/Murriyang de 64 mètres, l’un des plus grands radiotélescopes à parabole unique au monde, pour cartographier le ciel.

Même avec une plaque aussi grande, la précision de Parkes est quelque peu limitée. En combinant les informations de Parkes et d’ASKAP, ils comblent les lacunes de l’autre pour nous donner l’image la plus précise de cette région de notre galaxie, la Voie lactée.

READ  Olivia Newton-John Charitable Foundation fait une percée majeure contre le cancer

Cette combinaison révèle des émissions radio à toutes les échelles pour aider à révéler les restes de supernova manquants.

La corrélation des ensembles de données d’EMU et de PEGASUS nous permettra de découvrir davantage de joyaux cachés. Dans les prochaines années, nous aurons une vue inédite de la quasi-totalité de la Voie lactée, environ cent fois plus grande que cette image initiale, mais avec le même niveau de détail et de sensibilité.

Nous estimons qu’il pourrait y avoir jusqu’à 1 500 nouveaux restes de supernova ou plus encore à découvrir. Résoudre le mystère de cette relique perdue ouvrira de nouvelles fenêtres sur l’histoire de notre galaxie, la Voie lactée.

ASKAP et Parkes sont détenus et exploités par le CSIRO, l’agence scientifique nationale australienne, dans le cadre de l’Australia National Telescope Facility. Le CSIRO reconnaît le peuple Wajarri Yamatji comme les propriétaires traditionnels et les propriétaires d’origine de l’Inyarrimanha Ilgari Bundara, l’Observatoire de radioastronomie CSIRO Murchison, où se trouve ASKAP, et le peuple Wiradjuri comme les propriétaires traditionnels de l’Observatoire de Parkes.Conversation

Andrew HopkinsProfesseur d’astronomie Université Macquarie.

Cet article a été republié de Conversation Sous licence Creative Commons. Lis le L’article d’origine.

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x