Des dizaines de personnes sont tombées avec COVID-19 sur l’Everest. Le Népal dit que cela ne s’est jamais produit.

KATMANDOU, Népal – En avril, au camp de base du mont Everest, où les alpinistes s’acclimatent à l’altitude maximale avant de se diriger vers le sommet du plus haut sommet du monde, le Gangpo Sherpa a développé une toux et de la fièvre.

À 17 590 pieds, les symptômes se sont rapidement aggravés. La société d’expédition qui a embauché un sherpa pour aider un prince bahreïni à gravir l’Everest l’a emmené par avion dans un hôpital de la capitale Katmandou, où il a été testé positif au COVID-19.

Il a passé une semaine à l’hôpital et six jours à la maison, puis est retourné au camp de base. Des guides expérimentés comme lui de la communauté Sherpa de haute montagne au Népal ont été rares en raison de la pandémie, et la compagnie d’expédition aurait perdu des milliers de dollars si l’ascension de Prince avait été annulée.

Abonnez-vous à la newsletter du matin du New York Times

Ainsi, alors que son corps continue de lutter contre les effets du virus, Sherpa, 38 ans, est probablement devenu la première personne atteinte de COVID-19 à se tenir sur le mont Everest lorsque le prince et 15 autres personnes y ont conduit à l’aube du 11 mai. À la fin de la saison d’escalade au début du mois, au moins 59 personnes blessées se trouvaient sur la montagne, dont cinq autres qui avaient atteint le sommet, selon des entretiens avec des alpinistes, des sociétés d’exploration et des comptes personnels d’utilisateurs des réseaux sociaux.

« Est-ce que les sherpas et les grimpeurs étaient super ? » a déclaré Ang Tshering Sherpa, ancien président de la Nepal Mountaineering Association. “Ce sujet mérite une recherche approfondie.”

Mais selon le gouvernement népalais, il n’y a eu absolument aucun COVID-19 sur l’Everest. Les responsables du tourisme ont démenti les récits des alpinistes, décrivant l’un d’eux comme souffrant de pneumonie. Ils ont ajouté que la toux n’est pas nouvelle dans l’air sec des montagnes.

Le Département du tourisme du Népal, qui supervise les expéditions de l’Everest, a maintenu cette attitude même en transportant par avion des personnes de la montagne et en annulant des excursions – un événement rare en raison des dépenses et des efforts importants déployés pour s’entraîner, se rendre au Népal et tenter d’atteindre le sommet du Everest.

READ  Au moins 800 Éthiopiens tués après avoir défendu `` l'Arche d'Alliance ''

En avril, un alpiniste norvégien, Erlind Ness ; grimpeur britannique, Steve Davis; Et d’autres ont écrit sur les réseaux sociaux sur la présence de COVID-19 lors de leurs voyages dans l’Everest.

De deux hôpitaux au cours des 3 derniers jours. Aujourd’hui, je vais faire un test PCR. J’espère quitter l’hôpital bientôt », a écrit Ness sur Facebook, publiant une photo de lui portant un masque dans un lit d’hôpital.

Le Népal, l’un des pays les plus pauvres du monde, est aux prises avec une grave épidémie de coronavirus et une pénurie de vaccins. Peu de Sherpas ou d’autres Népalais sont vaccinés pendant la saison d’escalade ; Jusqu’à présent, alors que le gouvernement fait appel aux pays riches pour obtenir des doses, moins de 3% de la population a été entièrement vaccinée.

Les responsables étaient fortement incités à minimiser le cas de coronavirus sur l’Everest. Le Népal a fermé son pic en 2020 en raison de la pandémie, après avoir rapporté plus de 2 milliards de dollars en escalade et trekking en 2019. Si des cas de COVID-19 sont annoncés, cela pourrait ternir l’image du Népal en tant que destination touristique et inviter les alpinistes dont les excursions ont été annulée pour exiger des prolongations de permis pour leur escalade.

Cependant, avec la fin de la saison d’escalade de cette année, de plus en plus d’agences d’excursions reconnaissent que l’infection au COVID-19 sévit dans le camp de base surpeuplé, qui a attiré 408 grimpeurs étrangers cette année. Le nombre réel de cas pourrait être bien supérieur à 59, car les organisateurs de la campagne, les médecins et les grimpeurs eux-mêmes ont déclaré avoir subi des pressions pour cacher l’infection.

Le gouvernement népalais a fait quelques préparatifs pour éviter l’infection dans la montagne. Des exigences en matière de tests, de masques et de distanciation sociale ont été mises en place, du personnel médical est stationné au camp de base de l’Everest et dispose d’hélicoptères prêts à bondir et à ramasser les grimpeurs blessés.

Les sociétés d’expédition, qui amènent souvent leur propre personnel médical, ont emballé des kits d’antigènes, testant régulièrement les membres de leurs kits et isolant toute personne testée positive pour le virus.

Étant donné que tous les alpinistes devaient être testés négatifs avant de commencer la randonnée jusqu’au camp de base, il est probable que la plupart des personnes infectées par COVID-19 aient contracté l’infection alors qu’elles étaient sur la montagne, bien qu’il soit possible que certaines soient arrivées avec des infections non détectées au début.

READ  Le dirigeant australien a démenti les informations sur une ville construite par la Chine

Il y avait des raisons impérieuses pour les compagnies d’expédition de poursuivre l’embarquement, même si les premiers cas de coronavirus ont été signalés au camp de base de la dernière semaine d’avril à la première semaine de mai.

Ils ont investi plus de 60% de leur budget. Le gouvernement du Népal a reçu 4,6 millions de dollars en redevances. Des sherpas et du personnel de soutien ont été déployés. Les cordes furent bientôt fixées en place. Les ouvriers et les yaks ont transporté de la nourriture, du gaz de cuisine et d’autres fournitures jusqu’à la ville de tentes colorée et de fortune où les grimpeurs restent pendant 40 jours, permettant à leurs poumons de s’adapter à l’altitude et d’attendre une fenêtre météo dégagée pour faire l’ascension.

Plusieurs sherpas et expéditionnaires interrogés par le New York Times ont déclaré qu’au moins trois ou quatre personnes de chaque groupe d’expédition ont finalement été blessées pendant leur séjour au camp de base.

Lukas Furtenbach Adventures, qui a annulé son expédition et envoyé des alpinistes à Katmandou avant qu’ils ne puissent tenter d’atteindre le sommet de l’Everest, a estimé que le nombre était bien plus élevé que le Times.

Le voyage de son entreprise s’est terminé après qu’un alpiniste américain et trois guides sherpas ont été évacués du camp de base vers la capitale, où ils ont été hospitalisés en raison de COVID-19. Furtenbach a écrit au ministère népalais du tourisme pour demander au gouvernement de prolonger les permis d’alpinisme de deux ans.

Rudra Singh Tamang, directeur général du département du tourisme, a déclaré qu’il n’avait aucune information sur la reprise de Fortenbach ou celle d’autres agences d’excursions envoyées à son bureau pour prolonger les permis d’escalade.

“Nous ne pouvons pas simplement prolonger les permis d’escalade sur la base de rumeurs COVID”, a déclaré Tamang. « Que leurs expéditions soient annulées ou non en raison de COVID-19 doit être examinée. »

Avec très peu de Sherpas vaccinés à leur arrivée au camp de base, des dizaines ont contracté le COVID-19. Certains d’entre eux ont été héliportés. D’autres se sont isolés dans leurs petites tentes et sont montés dans des camps plus élevés après leur rétablissement.

READ  Taiwan signe des accords nationaux portant sur jusqu'à 20 millions d'images COVID

Funru Sherpa de International Mountain Guides a déclaré que 10 guides Sherpa de son équipe ont contracté COVID-19.

Sur les plus de 400 alpinistes étrangers qui tentent d’escalader le mont Everest, près de la moitié ont abandonné leurs excursions, soit en raison d’une infection au COVID-19, soit en raison du cyclone qui a provoqué des tempêtes de neige dans l’Himalaya.

Scott Semper, un alpiniste de l’Utah qui vit en Nouvelle-Zélande, a atteint le sommet de l’Everest le 11 mai, selon sa femme, Anna Keeling, guide de montagne.

“Il ne savait pas qu’il avait COVID sur la montagne”, a-t-elle déclaré. Semper n’a appris son infection qu’après avoir été testé positif quelques jours plus tard à Katmandou, où sa compagnie d’expédition l’a mis en quarantaine dans un hôtel pendant 12 jours. Sa femme a dit qu’il se remettait toujours de la maladie.

Ness, le grimpeur norvégien qui a décrit son combat contre COVID-19 sur les réseaux sociaux, a été transporté par avion du camp de base à un hôpital de Katmandou. Les médecins lui ont conseillé de ne pas retourner dans la montagne, alors il s’est envolé pour la Norvège. L’expédition de l’Everest a duré trois ans et a coûté 40 000 $, plus les frais d’hospitalisation au Népal. Aucun remboursement n’est prévu.

Mario Selinic de Croatie a déclaré qu’il avait été testé positif au camp de base de l’Everest. Il s’est entraîné sur l’Everest pendant quatre ans, escaladant certains des plus hauts sommets du monde. Il n’avait aucun symptôme, alors il a décidé de passer au sommet.

“Vous avez le COVID et vous devez faire attention, c’est ce qui m’a traversé l’esprit, car le COVID affecte les poumons et il sera difficile de respirer à plus de 8000 mètres d’altitude”, a-t-il déclaré.

“Cette montagne est comme une belle fleur qui vous tuera à tout moment. Elle vous attire. Vous devez venir, vous êtes fan. Et quand vous montez à 8000 mètres, vous êtes complètement impuissant. Quoi que la montagne décide, ce sera Ton destin.”

© 2021 The New York Times Company

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x