Cinq choses que vous devez savoir sur le Conseil de la Choura – Doha News

Cinq choses que vous devez savoir sur le Conseil de la Choura – Doha News

Les élections tant attendues auront lieu le 2 octobre.

Le Qatar est à moins de deux semaines de la tenue des élections historiques du Conseil de la Choura, le premier vote législatif dans l’État du Golfe.

Voici cinq faits sur le Conseil de la choura au Qatar qui vous permettront de mieux comprendre le débat le plus important d’aujourd’hui.

1. Les premières élections pour le Conseil de la Choura au Qatar

Après des années de report des élections, le Cabinet qatari a approuvé un projet de loi sur Conseil de la Choura La loi sur le système électoral, détaillant les critères nécessaires pour se présenter aux élections dans l’État du Golfe.

Cela comprenait les conditions d’éligibilité des candidats, l’inscription des électeurs, la campagne électorale et d’autres détails relatifs à la toute première élection.

Le mois dernier, les autorités qataries ont confirmé Élections du Conseil de la Choura Le 2 octobre, les candidats se sont inscrits pour le premier vote législatif du pays.

La décision a été annoncée après que l’émir du pays, Cheikh Tamim bin Hamad Al Thani, a publié un décret donnant le feu vert à ces plans.

Lire aussi : Le changement climatique est l’un des enjeux les plus importants du prochain Conseil de la choura : responsable

Le Conseil élu de la Choura a le pouvoir législatif et peut approuver les politiques générales et les budgets de l’État. Il exercera également un contrôle sur l’exécutif, à l’exception des organes qui déterminent la politique de défense, de sécurité, économique et d’investissement.

Le 15 septembre, les autorités ont annoncé les candidats définitifs aux élections du Conseil qatari de la Choura, près de deux semaines avant le vote historique.

Deux cent quatre-vingt-quatre candidats de 30 circonscriptions ont été nommés sur la liste.

Pour être éligibles, les candidats doivent être d’origine qatarie et avoir 30 ans ou plus à la date de clôture des candidatures. Ils doivent également savoir lire et écrire en arabe.

Ceux qui occupent des postes ministériels et militaires – État, organes judiciaires, ministres d’État, conseil municipal central – ne peuvent se désigner eux-mêmes.

Les candidats travaillant pour des ministères ou d’autres entités gouvernementales figurant sur les listes définitives de candidats bénéficient d’un congé sans solde pour la durée de l’élection s’ils ne disposent pas d’un solde de congés suffisant.

Les citoyens qatariens pourront voter pour un total de 30 membres sur 45 au scrutin universel, l’émir du pays, Cheikh Tamim bin Hamad Al Thani, choisissant les 15 membres restants.

2. Les élections devaient avoir lieu en 2013 mais ont été interrompues

Ceux qui occupent des postes ministériels et militaires – État, organes judiciaires, ministres d’État, conseil municipal central – ne peuvent se désigner eux-mêmes.

Les candidats travaillant pour des ministères ou d’autres entités gouvernementales figurant sur les listes définitives de candidats bénéficient d’un congé sans solde pour la durée de l’élection s’ils ne disposent pas d’un solde de congés suffisant.

A lire aussi : Tout ce qu’il faut savoir sur les premières élections du Conseil de la Choura au Qatar

Le prince Hamad bin Khalifa a démissionné de son poste d’émir 25 juin 2013 Il a remis le pouvoir à son fils, Cheikh Tamim bin Hamad Al Thani, actuel émir du Qatar.

READ  Personnes et marques Hermione acquiert Gap France - WWD

Le Majlis al-Shura, ou Majlis al-Shura, a ensuite été prolongé jusqu’en 2016, mais a de nouveau été reporté à 2019. La pression des pays voisins a conduit à l’absence d’élections.

En octobre de la même année, l’émir Tamim a donné l’ordre de former un comité pour organiser les élections, dirigé par le Premier ministre Khalid bin Khalifa bin Abdulaziz Al Thani.

Enfin, en mai 2021, le Cabinet qatari a approuvé un projet de loi sur Conseil de la Choura Loi sur le système électoral.

3. Les premiers membres

Pour la première fois depuis sa création, des femmes ont rejoint le Conseil de la Choura en tant que membres en 2017.

À cette époque, Hind Abdul Rahman Al Muftah, Hessa Sultan Al Jaber, Reem Al Mansouri et Aisha Yousef Al Mannai sont entrés dans l’histoire en devenant les premiers membres du conseil entièrement masculin.

4. Élection de dizaines de candidates

Seulement quatre ans plus tard, 40 femmes se sont portées candidates pour les élections du Conseil de la Choura, et 28 d’entre elles ont atteint la liste finale officielle.

Le district 3 du Qatar accueille des candidats : Hissa Abdullah Ahmed Al Sulaiti, Maryam Abdullah Rashid Hamood Al Sulaiti et Moza Mohammed Jumaa Alfadala Al Sulaiti.

Maryam Kamal Mohammed Jassim Al Maslamani est candidate pour le district 7, Amal Ahmed Mohammed Ali Al Subaie pour le district 8, Fatima Mohammed Jaber Sultan Al Jaber pour le district 9, Almaha Jassim Mohammed Ibrahim Al Majed, Lulwa Ammar Hussain bin Abbas Al Khazaie pour le district 11, Aisha Humam Salem Mubarak Al Jassim, Naima Abdulwahab Mohammed Alsheikh Al Mutawaa pour le district 12.

A lire aussi : Divulgation de la liste définitive des candidats aux élections du Conseil de la Choura

Amna Bilal Masoud Taish Al Qubaisi et Moudi Mubarak Nasser Mubarak Al Boeinein sont candidats pour le district 15, Hasanat Mubarak Salem Dham Al Abdullah, Fatima Abdullah Salem Faraj Al Abdullah et Lina Nasser Omar Al Dafa pour le district 17, Amna Mubarak Jabir Abdullah Al Msalam pour le district 19, Amal Essa Ali Al Benali Al Muhannadi, Layla Nasser Ibrahim Hassan Al Hail et Hend Khamees Naseeb Al Misned Al Muhannadi pour le district 20.

Pendant ce temps, Kholoud Sultan Rashid Sultan Al Kuwari, Aisha Jassem Ali Al Jham Al Kuwari, Fatima Ahmad Khalfan Al Jham Al Kuwari, Muna Subah Saeed Ahmad Al Kuwari et Muneera Essa Mohammed Sultan Al Kuwari se présenteront pour le district 22, Nadia Hamad Abdulrahman Al Mannai pour le district 24, Fatima Ghanem Mohammed Saad Al Kubaisi pour le district 25, Mashael Hassan Jafal Al Nuaimi pour le district 26 et Sheikha Matar Dabet Al Dosari pour le district 27.

5. Seuls trois pays du Conseil de coopération du Golfe élisent leurs conseils

Alors que tous les pays du CCG ont des conseils similaires, le Qatar n’est devenu que le quatrième à autoriser les citoyens à voter aux élections législatives.

Le Koweït a la plus longue Chambre des représentants élue au Conseil de coopération du Golfe, statuant à la majorité, car le premier parlement koweïtien a été élu depuis 1962. Sur les 65 membres, 50 ont été élus, tandis que l’émir koweïtien a choisi les 15 membres restants.

D’autre part, Oman est devenu le deuxième pays du Golfe à organiser des élections pour le Conseil de la Choura en 1991. Bien que les membres soient élus, leurs pouvoirs sont légèrement limités aux autres États du CCG.

En 2003, les autorités omanaises ont élargi le bassin d’électeurs éligibles, y compris les femmes qui ont été les premières à obtenir le droit de se présenter aux élections du Conseil de la Choura dans les pays du Conseil de coopération du Golfe en 1997.

Les Émirats arabes unis ont un Conseil consultatif national fédéral, composé de 40 membres pour un mandat de quatre ans. Sur les quarante membres, 20 sont nommés par les gouverneurs, tandis que l’autre moitié est élue.

Le Conseil consultatif des Émirats arabes unis est le seul du CCG à ne pas pouvoir proposer de nouvelles lois. Cependant, il peut adopter ou rejeter des projets de loi fédéraux, étudier le budget annuel et faire des recommandations au Conseil suprême fédéral.


READ  Art de l'avion - Qatar Airways Airbus A330-200 à l'aéroport international Hamad

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x