“C’était une belle pause”

Les parias bien nourris de l’île de Gilligan n’auraient pas pu mieux gérer la situation.

Bien qu’ils se soient perdus en mer pendant environ un mois, deux hommes des Îles Salomon reviennent d’un horrible sauvetage avec une attitude remarquablement positive.

“C’était une belle pause dans tout ça”, a déclaré Levi Nanjikana, qui est partie avec son petit ami Junior Colony de Mono Island le 3 septembre. Le journal The Guardian a rapporté Vendredi. Équipé d’un petit bateau à moteur de 60 chevaux et d’un sac d’oranges pour les collations, le couple a planifié un itinéraire à 200 kilomètres au sud de la ville de Nuru, l’île de Nouvelle-Géorgie, dans l’archipel des Salomon en Nouvelle-Guinée – un voyage qu’ils avaient fait autrefois.

Lorsque le mauvais temps a mis à l’épreuve leur système de navigation, les marins ont décidé d’attendre la fin de la tempête et d’éteindre leurs moteurs pour économiser du carburant jusqu’à ce qu’ils puissent reprendre le cap. Mais de fortes pluies et du vent feraient dévier leur embarcation sans gouvernail, atterrissant sur le GPS juste à droite – le faisant flotter à environ 400 kilomètres au nord-ouest de son point de lancement sur l’île Mono.

“Nous ne savions pas où nous étions mais nous ne nous attendions pas à être dans un autre pays”, a déclaré Nanjikana, qui survivra 29 jours avec Qoloni en mangeant les agrumes qu’ils ont apportés, ainsi que des noix de coco extraites de la mer et de l’eau de pluie. ramassé sur le bateau. . .

Ils ont atteint la ville de Pomeo, en Nouvelle-Bretagne, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, le 2 octobre, après qu’un chasseur de parti les a repérés bloqués ce soir-là, Selon Solomon Islands Broadcasting Corporation.

READ  Hannity: le plan "à moitié cuit" de Biden de se retirer d'Afghanistan tuera des Américains
Une plage de Pomelo, en Nouvelle-Bretagne, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, où des voyageurs malchanceux ont débarqué.
Alami Banque de Photo

Ils ont depuis été évalués par des médecins et sont en convalescence avec Joe Colial, un résident de Pomeo, qui a déclaré cette semaine à SIBC que les hommes “vivaient désormais heureux avec nous”.

Les restrictions de voyage pandémiques dues au coronavirus, en plus de leur santé actuellement fragile, ont empêché Nanjikana et Coloni de retourner aux Îles Salomon pour le moment, tandis que les responsables de l’île prendraient des dispositions pour leur retour en toute sécurité.

“Je n’avais aucune idée de ce qui se passait quand j’étais là-bas. Je n’ai jamais entendu parler de Covid ou de quoi que ce soit d’autre”, a déclaré Nanjikana, “J’ai hâte de rentrer chez moi mais je pense que c’était une belle pause dans tout ça. “

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x