avis | Avec le projet de loi 96, le Québec sape les prétentions canadiennes au progressisme

avis |  Avec le projet de loi 96, le Québec sape les prétentions canadiennes au progressisme
Espace réservé lors du chargement des actions d’article

J’entends souvent des types d’intelligentsia américaine au niveau de l’élite — critiques, universitaires, futuristes, etc. — exprimer un grand optimisme quant au potentiel du Canada. Le pays a été présenté comme une lueur d’espoir dans un monde sombre, une réussite dynamique, moderne, polie, démocratique, multiculturelle et ouverte, exempte de nationalisme toxique et de tyrannie populiste qui plonge le reste de la planète dans un gouffre. .

L’angle mort d’une telle analyse optimiste a longtemps été le Québec – une province de 8,7 millions de Canadiens. 38,7 millions de citoyenset un endroit préoccupé par la poursuite de politiques qui vont à l’encontre de tous les stéréotypes canadiens vaniteux. À presque n’importe quelle échelle, on peut s’identifier à une société moderne et prometteuse — un climat d’affaires hospitalier, un système d’éducation moderne, des sociétés ouvertes et attrayantes, de fortes protections des libertés individuelles, une classe politique modérée et rationnelle — la deuxième plus grande province du Canada se déplaçant sans vergogne dans la direction opposée.

Cette semaine, le Parlement du Québec a adopté le projet de loi 96, «La loi respecte le français, langue officielle et lingua franca au Québec. Il s’agit d’une loi ambitieuse qui donne à l’État des pouvoirs étendus pour s’assurer que parler le français – la pierre angulaire culturelle supposée de «l’identité distincte» du Québec – est obligatoire dans presque toutes les sphères de la vie. but auquel il est subordonné, tout le reste est officiel.

Les entreprises privées du Québec de plus de 50 employés sont depuis longtemps obligées d’utiliser le français comme langue principale Interphone. Le projet de loi 96 réduit de moitié le nombre d’employés requis pour respecter la limite et donne à la soi-disant police linguistique De nouveaux pouvoirs pour perquisitionner des entreprises sans ordonnance du tribunal pour assurer la conformité, Rechercher des documents et des ordinateurs même Téléphone (s Pour être sûr… Je ne sais pas, les employés ne planifient pas secrètement un tournoi de softball d’entreprise en anglais (ou, d’ailleurs, en coréen, en arabe ou en grec). Les contrevenants peuvent voir leurs licences commerciales révoquées.

READ  IPA Qatar et QRDI unissent leurs forces pour promouvoir la recherche, le développement et l'innovation

Les vis se resserrent également autour de l’enseignement de la langue anglaise – Collèges de langue anglaise au Québec Vous devez maintenant exiger Les étudiants doivent suivre plusieurs cours en français, et les étudiants doivent prouver le français Efficacité être diplômé. De même, le gouvernement est tenu de veiller à ce que ces écoles à risque ne représentent jamais plus de 17,5 % de la population étudiante du district.

Immigrants – il y a longtemps Regarder Comme l’un des défis les plus difficiles au Québec, étant donné le peu de français parlé dans le monde ces jours-ci – vous verrez leur capacité à communiquer avec la province en anglais Coupé au bout de six mois. Pas d’accès aux écoles anglaises pour Avec euxDéfinitivement.

Pendant ce temps, les Kibbers qui parlent l’anglais comme première langue verront leur statut de « minorité officielle » être davantage défini et surveillé. fermement jamais, pour s’assurer que seuls les membres des Gardiens qui accèdent aux services en anglais disposent de conditions valides »,Historique« Une raison de le faire – de peur que les Québécois français ordinaires n’aient des idées. Il a été apprécié par autant que un demi million Les Kibbers anglophones peuvent perdre l’accès aux services en raison de la redéfinition bureaucratique de leur communauté.

Et la liste continue. les médecins Vous aurez à parler aux patients en français, et aux rendez-vous Juges bilingues seront découragés et Emballages, étiquettes et publicités Vous devrez faire en sorte que votre français se démarque plus qu’il ne l’est actuellement.

READ  Essex s'associe à des groupes français sur un projet de round-off

Le rêve incarné par Bell 96 – ainsi que d’autres initiatives nationales du premier ministre du Québec François Legault, dont coupes à l’immigration Et l’interdiction faite aux fonctionnaires de porter des vêtements religieux – fait partie des « purs » Québécois, que les autres cultures n’ont pas merveilleusement gâtés. ça me rappelle »sacoannées Au Japon, où une élite politique protégée et convaincue de l’infériorité inhérente du monde extérieur s’est isolée pendant deux siècles, contrainte même apprentissage sur les choses étrangères.

Les défenseurs de l’agenda de Legault, même s’ils ne sont pas nécessairement d’accord avec tous les projets de loi et décrets, ont tendance à acquiescer admirablement à l’idée que la culture française au Québec est si précieuse et délicate que tout effort pour la préserver est acceptable. Un récent article du National Post de Liz Raffari Frappez les notes standard de sympathie pour le « rêve vieux de 400 ans d’un coin francophone de l’Amérique du Nord ». Cela incluait une mention obligatoire de la Louisiane, l’un des endroits les plus culturellement riches et distincts de ce continent, mais généralement dépeint comme une sorte d’enfer dans les cercles québécois, car l’État ne parle plus largement le français.

Outre la Louisiane, il existe une infinité d’endroits que le Québec aurait pu choisir de façon positive Inspiré par – Des pays européens prospères et dynamiques comme la Suède ou les Pays-Bas, où une forte fierté de la langue et des coutumes traditionnelles coexistent avec des niveaux élevés de maîtrise de l’anglais et une profonde intégration culturelle avec l’Occident au sens large. Le Québec n’a même pas besoin de regarder au-delà de ses frontières, en fait : Montréal a longtemps captivé le monde avec son multilinguisme et son multiculturalisme confiant, mais des générations de dirigeants patriotiques québécois ont considéré le cosmopolitisme dynamique de leur plus grande ville comme une ville à problème honteux à résoudre. .

READ  Les États-Unis n'ont pas l'autorité morale pour critiquer les violations des droits : Cuba

Le Canada est peut-être encore un pays sur lequel il vaut la peine de parier, mais dans un monde post-Bell 96, il est clair que tout éloge du progrès canadien doit être accompagné d’un grand astérisque en forme de Québec.

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x