Air France utilise de l’huile de cuisson pour se rendre au Canada alors que la controverse sur les carburants verts fait rage

PARIS (Reuters) – Air France KLM a fait voler un biocarburant Airbus A350 de Paris à Montréal mardi, montrant la volonté de la société d’adopter des carburants à faibles émissions malgré de profondes divisions dans le secteur quant à son rythme d’adoption.

Le vol 342 d’Air France a décollé de l’aéroport Charles de Gaulle avec un mélange à 16% de Carburant Aviation Durable (SAF) dans des réservoirs de carburant, que Total en France produit à partir d’huile de friture usée.

Les deux sociétés ont déclaré dans un communiqué conjoint avec l’opérateur aéroportuaire ADP que le vol indiquait “une ambition commune de décarboner le transport aérien et de développer une chaîne d’approvisionnement pour les forces armées soudanaises en France”.

Le carburéacteur produit à partir de la biomasse ou synthétique à partir d’énergie renouvelable a le potentiel de réduire les émissions de carbone, mais à un coût élevé par rapport au prix du kérosène.

À partir de l’année prochaine, les vols au départ de la France devront utiliser 1% SAF, en avance sur les objectifs de l’Union européenne pour atteindre 2% d’ici 2025 et 5% d’ici 2030 dans le cadre de la politique du Green Deal de l’Union.

Mais les compagnies aériennes traditionnelles en réseau ont cherché à exempter les vols long-courriers, arguant que l’exigence exclusivement européenne du SAF pourrait les exposer à une concurrence étrangère déloyale.

Cela a suscité des réactions de colère de la part des compagnies aériennes à bas prix, notamment Ryanair, Wizz Air et easyJet, qui ont écrit à l’Union européenne en mars pour exiger que les règles s’appliquent à tous les vols en provenance d’Europe.

READ  La première tortue imbriquée en danger critique d'extinction éclos sur la plage de Fuwairit au Qatar - Doha News

Le directeur général d’Air France-KLM, Ben Smith, a déclaré mardi que les compagnies aériennes avaient la “responsabilité principale” de réduire les émissions – tout en réitérant les doutes sur les quotas long-courriers de l’armée de l’air européenne.

“Nous devons être égaux”, a déclaré Smith à Reuters. “Nous ne pouvons pas avoir une situation dans laquelle les compagnies aériennes basées en dehors de l’Europe peuvent nous nuire, (et) c’est une réelle préoccupation.”

Le Groupe Transport et Environnement, un groupe de campagne basé à Bruxelles qui a signé la lettre ouverte aux compagnies aériennes à bas prix, a rejeté les appels visant à exclure les vols long-courriers des bases de biocarburants.

Le directeur de l’aviation du groupe, Andrew Murphy, a déclaré qu’une telle exception n’aurait pas de «logique».

Total a produit le carburant vert utilisé lors du voyage de Paris à Montréal dans son usine d’Oudalle près du Havre ainsi qu’à La Mede, une raffinerie du sud de la France qui a été convertie au biocarburant en 2019.

(Rapport Tim Hever; Écrit par Lawrence Frost; Édité par Alexander Smith)

Léonard Lachapelle

"Future teen idol. Pionnier hardcore de Twitter. Evangéliste de voyage d'une humilité exaspérante."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x