Agnes Chow, militante pour la démocratie à Hong Kong, libérée de prison

La militante pro-démocratie de Hong Kong Agnes Chow a été libérée de prison samedi après avoir passé près de sept mois pour son rôle dans un rassemblement non autorisé lors de manifestations antigouvernementales dans la ville en 2019.

La militante de 24 ans a été condamnée avec son collègue militant de longue date, Joshua Wong, pour leur implication dans un rassemblement illégal près du siège de la police dans la ville sous domination chinoise.

Wong est toujours en prison et on ne sait pas pourquoi Zhao a été libéré tôt après avoir été condamné à 10 mois de prison. Le Département des services correctionnels n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Chow a été libéré de l’établissement correctionnel de Tai Lam à Tuen Mun, dans les nouveaux territoires de Hong Kong, vers 10 heures (02h00 GMT).

Elle n’a pas parlé aux médias avant d’être conduite dans une voiture avec ses amis et ses collègues militants pour la démocratie.

Les supporters ont crié “Agnes Chao, ajoutez du pétrole”, une expression cantonaise d’encouragement largement utilisée dans les manifestations qui ont secoué la ville.

Certains supporters portaient des T-shirts noirs et des masques jaunes et l’un portait un parapluie jaune, symbole des manifestations dans l’ancienne colonie britannique remontant à 2014.

Elle a ensuite remercié ses amis dans une publication Instagram pour avoir défié la pluie et a déclaré que son prochain plan était de se reposer correctement.

“La moitié de l’année douloureuse et les 20 jours sont enfin terminés”, a-t-elle écrit.

Chow, ainsi que Wong et Nathan Law, qui ont depuis obtenu l’asile en Grande-Bretagne, sont devenus des adolescents militants lors des manifestations de 2014 pour exiger le suffrage universel.

Les trois hommes ont fondé le Democratic Demosto Group en 2016, qui a été dissous quelques heures après que Pékin a adopté une loi controversée sur la sécurité nationale pour la ville l’année dernière, craignant qu’elle ne soit ciblée en vertu de la législation.

La loi a étouffé le mouvement pro-démocratie et suscité des inquiétudes quant aux perspectives d’autonomie que Hong Kong avait promis selon la formule “un pays, deux systèmes” lors de sa remise à la Chine en 1997.

Zhao a également été arrêté l’année dernière pour des soupçons de « collusion avec des forces étrangères » en vertu de la loi sur la sécurité, mais il n’a fait l’objet d’aucune accusation à ce sujet.

Zhao, qui parle couramment le japonais, a de nombreux adeptes au Japon, en particulier sur les réseaux sociaux, et s’est fréquemment rendue dans le pays avant son arrestation. Elle était souvent postée sur Twitter dans les médias japonais, et les Japonais l’appelaient “la déesse de la démocratie”.

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x