mahmoud hussainCredit : Al Jazeera Détenu depuis 77 jours en Egypte, le journaliste d’Al Jazeera de nationalité égyptienne Mahmoud Hussein est accusé d’incitation à la subversion après la divulgation de « fausses informations ». Il vient d’être traduit devant le tribunal pénal de Gizeh.

Pour la troisième fois depuis le 20 décembre 2016, jour de son arrestation, Mahmoud Hussein a vu sa détention être prolongée. L’homme aura passé au total 77 jours dans les geôles égyptiennes. Âgé de 51 ans et vivant à Doha depuis 2013, ce reporter riche de plus de 20 ans d’expérience dans le domaine des médias dont cinq avec la chaîne qatarie, a été arrêté à son arrivée à l’aéroport du Caire où il était venu passer quelques jours de vacances auprès de sa famille. Sa détention devait s’achever une première fois le 4 janvier, puis le 19 janvier ; elle a ensuite été prorogée début février pour permettre à la justice « d’approfondir l’enquête ». Depuis lors, le tribunal traîne quant au prolongement ou non de son incarcération.

alarabCredit : Website Après plusieurs tentatives de lancement, "Al Arab News Channel", projet d'une chaîne d'information en continu en langue arabe du richissime prince saoudien al-Walid ben Talal, a finalement été enterré. L'information a été communiquée mardi 7 février par une source proche de la direction.

« Nous avons reçu une notification concernant l'arrêt définitif de la chaîne », a indiqué un employé qui avait été recruté au poste de correspondant du média à Riyad. D'après lui, les responsables d'Al Arab News Channel (plus connu sous son abréviation "Al Arab") ont fait part, dans une note interne, qu'il était temps d'annoncer l'arrêt définitif du projet. Tous les employés de la chaîne ont reçu un courrier électronique envoyé le 6 février du directeur des ressources humaines les informant que « le moment est venu de prendre une décision définitive concernant l'avenir du canal ». Le texte se terminait par la formule « par conséquent et malheureusement, la direction a décidé de cesser son fonctionnement avec un effet immédiat ».

Selon des sources concordantes, une centaine de personnes était encore payée par la chaîne au début du mois. Al Arab qui avait débloqué des moyens financiers importants, comptait en 2015 jusqu'à 280 collaborateurs répartis dans 30 pays. 

Can2017 beinsportsCredit : TSA Algérie La Coupe d'Afrique des Nations 2017 (CAN) se dispute du 14 janvier au 5 février au Gabon. Après avoir échoué dans la vente des droits à la télévision publique algérienne (EPTV), BeIN SPORTS a annoncé que tous les matchs de l'équipe des "Fennecs" seront retransmis en direct, en intégralité et gratuitement via le satellite Es’hail 1. La chaîne qatarie qui a dépensé des centaines de millions de dollars pour s'assurer des droits exclusifs de retransmission de certaines compétitions semble avoir fait un geste après avoir été la cible d'un faisceau de critiques. 

Les négociations entre la télévision algérienne EPTV et BeIN SPORTS, au sujet de la vente desdroits de retransmission de la CAN 2017, n’ont finalement pas abouties. La chaîne sportive a annoncé, samedi 14 janvier, qu’elle diffusera gratuitement l’ensemble des rencontres de la sélection algérienne (l'une des plus attendues du tournoi) mais exclusivement via le satellite qatari Es’hailSat. Selon certaines sources, BeIN SPORTS aurait exigé plusieurs millions de dollars pour quelques matchs. Ce montant était jugé excessif par certains acteurs du ballon rond désireux de couvrir le tournoi, notamment en Algérie et en Egypte.

beIN SPORTSCredit : Website BeIN SPORTS, la chaîne de sport à capitaux qataris, est loin d’avoir atteint l’équilibre financier. Selon le magazine Capital qui a pu prendre connaissance de ses comptes, la perte nette s’élève à plus d’un milliard d’euros depuis son lancement en France.

Lancée en grandes pompes au printemps 2012, BeIN SPORTS était présentée comme la vitrine médiatique de la « diplomatie sportive » du Qatar. La chaîne qui pour la première fois s’implantait dans l’Hexagone devait accompagner la stratégie de promotion par le sport de l’Etat du Qatar qui venait d’acquérir le club du PSG. Avec les Ibrahimovic et autres stars de l’effectif parisien, c’est tout un environnement axé sur la diplomatie du rayonnement qui ciblait le terrain français qui était orchestrée depuis Doha.

aljazeera20ansCredit : Website Avec désormais vingt millions de suiveurs sur le réseau social Facebook, la chaîne Al Jazeera est devenu le média le plus suivi du monde arabe. Ce cap symbolique a été franchi mercredi 24 novembre, alors que la chaîne qatarie venait de célébrer ses vingt ans. Depuis qu’il s’est imposé comme un média mainstream, le groupe maintient son objectif de renforcer son audience et de poursuivre son développement. Néanmoins, sa stratégie d’expansion mondiale a montré ses limites, notamment aux Etats-Unis.

Lancée le 1er novembre 1996, la chaîne Al Jazeera a contribué, durant ses deux décennies d’existence, à révolutionner le champ médiatique du monde arabe. Il est fini l’époque où le monde arabe était dépendant d’une couverture par les pays du Nord de l’information qui le concernait. La réussite majeure d’Al Jazeera se situe à ce niveau : en plus d’avoir donné l’occasion à toutes les forces politiques du monde arabe de s’exprimer en toute liberté, elle a considérablement modifié la nature des flux d’information. Car jusqu’à la fin des années 1990, l’opinion mondiale était dans une large mesure tributaire des principaux canaux occidentaux dans le traitement des grands dossiers. Al Jazeera a apporté une rupture dans ce schéma ; désormais, les pays du Sud sont en mesure de bousculer la hiérarchie et de proposer un angle différent qui est davantage en phase avec les aspirations d’une grande partie de l'opinion mondiale. Avec des déclinaisons en anglais et serbo-croate, une filiale sportive (BeIN SPORTS) qui domine le marché mondial de la diffusion du sport et de nombreuses ramifications dans le domaine de la formation ou de l’enfance, la chaîne peut aujourd’hui se targuer de figurer parmi les médias mainstream.

al jazeeraCredit : WebsiteLa chaîne d'information en continu Al Jazeera a annoncé dimanche 27 mars un plan de licenciement de quelques 500 personnes. Cette mesure, visant essentiellement le personnel basé à Doha, s’inscrit dans le cadre d'une « initiative pour optimiser » la productivité.

Dans un communiqué, la chaîne qatarie a précisé que sa direction avait décidé de supprimer « environ 500 postes à travers le monde, dont une majorité au Qatar », où se trouve son siège. Selon un responsable de la chaîne, 60% des licenciements, soit 300 emplois, concernent le personnel basé dans l’émirat. Le directeur général par intérim d'Al Jazeera, Mostafa Souag, a assuré que les suppressions d'emplois étaient destinées à «optimiser» la productivité et à « faire évoluer le travail de la chaîne afin de conserver sa position de leader ».

Page 1 sur 5