samedi, 16 septembre 2017 10:44

L'Observatoire du Qatar dans BFM TV

aa8f00a744dca8a9eb2c272311Credit : AFPLe Directeur de L'Observatoire du Qatar est intervenu dans le cadre d'un reportage que la chaine d'information BFM TV a réalisé suite à la visite de l'émir du Qatar à Paris. À cette occasion, le chef d'État a rencontré Emmanuel Macron qui a déclaré que la France s'opposait "au blocus contre les populations civiles du Qatar". Extraits : 

Le monarque de 37 ans, au pouvoir depuis juin 2013 après l'abdication de son père, l'émir Hamad Ben Khalifa Al Thani, avait été reçu à plusieurs reprises à l'Elysée par François Hollande. Mais c'est la première fois qu'il rencontre le nouveau président français Emmanuel Macron.

SHIEKH TAMIM QATARD'après le journal Le Figaro qui révèle l'information, l'émir du Qatar est attendu ce jeudi dans l'après-midi à Paris où il sera reçu par le président de la République, Emmanuel Macron.

Ce voyage est symbolique dans la mesure où il correspond au premier déplacement à l'étranger pour cheikh Tamim ben Hamad al-Thani depuis le début de la crise du Golfe entamée le 5 juin dernier.

Publié dans Actualités du Qatar

a07e19e 3506 1bpjryh.zeq8woecdiCredit : AFPLe directeur de L'Observatoire du Qatar a été cité dans l'analyse que propose le journal Le Monde à propos de la stratégie sportive du Qatar autour du PSG. Extraits : 

"Neymar sert aussi de police d’assurance en vue du Mondial 2022, organisé au Qatar. A cinq ans du match d’ouverture de « son » Mondial, l’équipe nationale n’a toujours pas décollé. Jeudi 31 août, elle a même été écartée par la Syrie (1-3), nation en lambeaux, de la qualification pour l’édition de 2018 en Russie. Le Qatar, déjà « plombé » par les soupçons de corruption qui entachent depuis plusieurs années l’attribution de cette compétition, sera ainsi le premier pays de l’histoire du football à n’avoir jamais disputé de Coupe du monde avant d’en accueillir une.

Publié dans Actualités du Qatar

Trump US Kuwait 26202.jpg a8fa6 c0 200 4777 2985 s885x516Credit : Washington TimesL'émir du Koweït a débuté une visite officielle aux États-Unis jeudi 7 septembre. Ce déplacement qui s'inscrivait dans le cadre d'un renforcement des relations bilatérales fut l’occasion pour le monarque de tenir des propos qui esquissent un basculement de la position de l’émirat dans la crise qui secoue la région du Golfe depuis plus de trois mois.

Le conflit qui oppose le Qatar à ses voisins est en passe de dépasser les 100 jours et tout porte à croire qu’il risque de s’installer dans la durée. Du côté des pays du blocus, la sensation d’avoir perdu la bataille de l’image et de faire face à une résistance aussi coriace qu’inattendue n’a fait qu'enflammer les esprits. Preuve de cette tension, une récente chanson où de grands noms de la scène musicale saoudienne et irakienne est devenue virale du fait des menaces à l’encontre du Qatar qu’elle contenait.

Publié dans Politique

1403 birmanie rohingyas 01Credit : ArteAlors que la situation des Rohingyas continue à s'aggraver, la Turquie et le Qatar font partie des seuls pays musulmans qui sont montés au créneau pour dénoncer le calvaire que vit cette minorité musulmane. De son côté, l'Arabie Saoudite qui continue de se présenter comme la gardienne des Lieux Saints et la dépositaire du message de l'islam, se mure dans un silence que de nombreux musulmans à travers le monde condamnent.

Le drame que connaît la population Rohingya en Birmanie date depuis de nombreuses années. Mais ces derniers jours, la situation de cette minorité a connu une grave détérioration. Des dizaines de milliers de civils ont ainsi été contraints à quitter leurs domiciles et à se réfugier dans des camps de fortune à l'intérieur du pays ou au Bangladesh, pays voisin. L'armée ainsi que des moines extrémistes bouddhistes multiplient les exactions à l'encontre de cette population que l'ONU a qualifiée en 2013 de « minorité la plus persécutée de la planète ».

Publié dans Politique

img meshaal al shamari 1504528328 580 380 center articles 447469Credit : So FootLe directeur de L'Observatoire du Qatar est revenu dans un article paru sur le site So Foot sur les conséquences de l'élimination du Qatar pour la qualification au Mondial 2018 en Russie.

Mécènes tout-puissants du football de club, Qataris et Chinois ont aussi largement investi pour améliorer la compétitivité de leur sélection respective. Pourtant, aucune des deux nations ne devrait se qualifier pour le Mondial russe. Un revers majeur, pour Doha comme pour Pékin.

Les chiffres ont quelque chose de vertigineux. Plus de 400 millions sur la table pour s’offrir les services de Neymar et Mbappé côté qatari. Près de 200 millions d’euros investis pour l'AC Milan, mais surtout une Chinese Super League boostée à coups de salaires et de transferts faramineux, côté chinois. Les derniers mercatos ont été en grande partie rythmés par Doha et la Chine. De quoi mettre sur le devant de la scène les clubs bénéficiaires de ces généreuses donations, et leurs nouveaux mécènes avec eux. Mais cette réussite financière et médiatique reste néanmoins très éloignée de la réalité des sélections qatarie et chinoise, qui ne devraient pas voir le Mondial 2018.

 VFchCRb 400x400Entretien avec Amélie-Myriam Chelly, docteur en sociologie, chercheure à l'EHESS et spécialiste de l'Iran.

Quelle est la réalité des relations économiques entre le Qatar et l'Iran ? Ces relations remontent à quand exactement et elles concernent quels secteurs majoritairement ?

Les bonnes relations entre l’Iran et le Qatar trouvent évidemment une plus grande visibilité depuis la crise initiée par une mise au ban de Doha par la coalition arabe menée par l’Arabie Saoudite, le 5 juin dernier. Avant cette crise, beaucoup d’accords et d’alliances engageaient déjà les deux pays, les forçant ainsi à des relations cordiales, malgré l’existence de tensions évidentes sur les terrains syrien et irakien, Téhéran et Doha soutenant des factions rivales. Tout d’abord, le Qatar et l’Iran partagent le plus grand gisement de gaz naturel au monde (North Dome / South Pars), ce qui engage les deux États dans une coopération énergétique et industrielle de facto. Par ailleurs, l’entente entre la République islamique et la monarchie qatarie trouve aussi, depuis le pacte 2010, des contours bien définis, en matière de sécurité frontalière et maritime, et précisés par plusieurs protocoles additionnels (2014 et 2015).

Publié dans Trois questions à

qatar jean yves le drian encourage les pays du golfe cesser le blocageCredit : Ouest-FranceTrois mois après le début du blocus, le Qatar a émis le souhait de consolider son partenariat avec la France. Longtemps centrée sur le volet militaire, cette coopération bilatérale a ces dernières années pris un accent économique.

C’est au cours d’une nouvelle visite du ministre français des Affaires étrangères à Doha que l’émirat a déclaré vouloir renforcer sa relation bilatérale avec Paris. Quelques semaines après son dernier déplacement effectué en juillet, Jean-Yves Le Drian a en effet rencontré son homologue qatari, cheikh Mohamed ben Abdel Rahman al-Thani. Ce dernier a fait part de son « désir d'accroître la coopération économique » avec la France, tout en se disant « satisfait » de la coordination sécuritaire avec Paris selon les termes d’un communiqué officiel.

Publié dans Actualités du Qatar

7179975 000 r83a2 9a991124857 original 1000x625Credit : Le ParisienL'observatoire du Qatar a été cité à plusieurs reprises dans l'analyse proposée par le site "Au stade.fr".

Voici un extrait de l'article :

12235440 590180851157444 519982442 oLe directeur de L'observatoire du Qatar a accordé un entretien avec le site "Les clés du Moyen-Orient". Il revient dans le détail sur la manière dont le Qatar s'est adapté à la crise du Golfe. L'entretien est à lire ci-dessous.

Nabil Ennasri travaille sur le Qatar depuis près d’une quinzaine d’années. Licencié en Arabe moderne de l’Université de Provence et diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence, il finit actuellement une thèse de doctorat sur la politique étrangère de ce pays. Auteur de l’essai géopolitique intitulé "L’énigme du Qatar" (ed. IRIS) et d’un ouvrage de présentation de l’émirat titré "Qatar" (ed. De Boeck), il suit de près l’actualité de ce pays depuis 2004, année où il s’y rend pour la première fois dans le cadre d’un stage de langue. Directeur de L’Observatoire du Qatar qu’il a fondé en 2013, il intervient régulièrement dans les médias sur des questions portant sur la géopolitique du monde arabe.

Publié dans Entretien
Page 1 sur 51