SorbonneCredit : AFPL'université parisienne a signé un accord avec le Qatar, qui va lui verser 600.000 euros par an pendant 3 ans, soit un peu moins de 2 millions d'euros, pour financer la vie et le logement de ces réfugiés.  Sur place, les avis sur ce partenariat sont plutôt partagés. 

Le Qatar va financer l'accueil d'une centaine de réfugiés à la Sorbonne. L'université parisienne a annoncé avoir signé un accord avec le Qatar, qui va lui verser 600.000 euros par an pendant 3 ans, soit un peu moins de 2 millions d'euros, pour financer la vie et le logement de ces réfugiés. Plus précisément, à partir du 28 septembre, les étudiants seront sélectionnés par la préfecture et le rectorat de Paris en fonction de leur statut et de leur niveau d'étude. Le Qatar n'aura pas son mot à dire sur le recrutement.

troupes qatariesDéfilé des troupes qataries. Credit : Al Jazeera EnglishEntretien avec Nabil Ennasri réalisé par Vincent Braun, journaliste au quotidien belge La Libre Belgique. 

Le Yémen se prépare au pire. Un millier de soldats qataris et deux cents véhicules blindés sont arrivés en renfort des troupes de la coalition armée dirigée par l’Arabie Saoudite. Une semaine après la mort de 60 soldats de l’alliance sunnite, les monarchies du Golfe et leurs alliés serrent les rangs autour de l’armée yéménite pour venir à bout de la rébellion houthiste chiite qui contrôle encore le nord du pays et la capitale Sanaa, un an après leur entrée dans la ville. C’est dans cette partie de ce pays pauvre du sud de la péninsule arabique que "les deux camps se positionnent pour un conflit majeur", note April Longley, spécialiste du Yémen à l’International Crisis Group, citée par l’AFP.

qatar-flags(Crédit photo: Philip Lange / Shutterstock.com)Le conflit à Gaza suscite beaucoup d'agitation diplomatique. Parmi les Etats qui ont une inlfluence sur le cours des choses, on trouve le Qatar. Dans cet entretien réalisé avec le site JolPress le 30 juillet 2014, Nabil Ennasri expose la nature des liens entre la formation palestinienne et l'émirat du Golfe.

JOL Press : Historiquement, quels liens entretiennent le Qatar et le Hamas ?

Nabil Ennasri : Ce sont des liens anciens qui remontent à la stratégie mise en place par l'ancien émir, Cheikh Hamad ben Khalifa Al Thani. Cette proximité entre Doha et le Hamas s'expliquait alors par trois facteurs.

Il y avait d'abord cette volonté pour le Qatar de devenir un acteur diplomatique de premier plan. Cette ambition s'est notamment illustrée pendant toute la décennie 2000 par le rôle de médiateur que l'émir avait réussi à se forger. Durant cette période, Doha avait été au centre de la résolution des conflits régionaux, notamment pour les lignes de faille qui ensanglantaient le monde arabe : Soudan, Yémen, Liban etc. Le Qatar mettait à disposition ses services puisqu'il avait la réputation de « parler à tout le monde ». S'agissant du cas palestinien, cette posture d'ouverture l'avait donc amené à discuter avec l'ensemble du spectre palestinien, y compris le Hamas.

nabil-720x340C’est l’histoire d’un pays du Golfe qui est sorti de terre et qui a une superficie soixante fois plus petite que celle de la France. Il y a 20 ans, ce petit pays de moins de deux millions d’habitants n’était composé que de bédouins. En 2014, le Qatar est passé dans une autre dimension. Les troupeaux ont laissé place aux gros buildings et grosses cylindrées. Ce pays fait des envieux et brûle les lèvres de tous. Pour nous éclairer sur cet émirat, Alohanews est allé à la rencontre de Nabil Ennasri, politologue et auteur de « L’énigme du Qatar ». Lors de cet entretien, il est revenu sur la nouvelle dimension qu’a pris le Qatar, sa politique étrangère ainsi que l’évolution de la chaîne Al-Jazeera. Il a également abordé les sujets qui fâchent tels que le financement probable de mouvements djihadistes par le Qatar et la question du travail forcé dans les chantiers de la coupe du monde. Rencontre.

yahyaajmi« Qatar : 15 ans de prison pour un poème »

Arrêté en novembre 2011 pour avoir écrit et diffusé un poème saluant le Printemps arabe et exprimant le souhait de voir ce printemps gagner les monarchies du Golfe, Mohamed al-Ajmi a été condamné lundi 21 octobre à 15 ans de prison. La cour de cassation a confirmé le verdict prononcé en appel en février dernier, qui avait réduit la peine à perpétuité initialement prononcée lors du premier procès, en novembre 2012, pour « atteintes aux symboles de l’Etat et incitation à renverser le pouvoir ».

626551E979962D5232137D7A7DC48 h402 w442 m2 q80 cOuJFZuIA1) Que pensez-vous du traitement de la chaîne qatarie par le gouvernement provisoire égyptien? Quelles  sont les conséquences sur la médiatisation de la contre -révolution égyptienne?

Dès l'avènement du coup d'Etat qui a renversé le président élu Mohamed Morsi, on a constaté une claire volonté de l'armée égyptienne de museler les chaînes d'information qui n'adoubait pas leur coup de force. Al Jazerra ainsi que de nombreuses chaînes religieuses ont fait les frais de cette nouvelle campagne de censure.
Les bureaux de la chaîne qatarie ont été perquisitionnés, certains de ces journalistes emprisonnés, d'autres expulsés manu militari du pays et la réception de la chaîne a été brouillé. Sur cette question du brouillage, The Guardian vient de révéler sur la base d'une enquête d'une société américaine que c'était bien des installations militaires égyptiennes qui en étaient à l'origine.

Page 1 sur 3