mardi, 30 janvier 2018 09:58

Le Qatar renforce ses relations avec Oman

45c3d228 54b6 4646 9b81 a3450450ec12Isolé par ses voisins immédiats, le Qatar cherche à renforcer ses relations avec les pays du Golfe qui n'ont pas rompu avec lui. Oman, qui a permis à Doha de contourner le blocus maritime par l'ouverture de ses ports, constitue l'un des alliés privilégiés de l'émirat gazier dans un contexte de crise régionale de plus en plus tendu.

Dimanche 28 janvier, le Qatar et Oman ont signé un mémorandum d'accord pour le développement des investissements et du commerce bilatéraux. Conclu à Mascate, cet accord porte notamment sur le secteur agricole et la coopération logistique et des infrastructures. Patronnant l'importante délégation de son pays, le ministre qatari des Municipalités Mohamed ben Abdallah al-Rumayhi a salué la bonne santé des "relations stratégiques" entre les deux Etats tandis que son homologue omanais de l'Agriculture, Fouad al-Sajwani a affirmé que les relations solides bilatérales s'inscrivent dans un partenariat multiforme qui fait converger les intérêts des deux parties.

Publié dans Actualités du Qatar

qatar 1 844bbC’est un nouvel épisode montrant la prégnance de la crise qui oppose le Qatar à ses voisins. Inauguré il y a quelques semaines par le président français, le Louvre d’Abou Dhabi est au coeur d’une polémique suite à une information faisant état de l’exposition d’une carte de la région du Golfe non conforme à la réalité.

C’est une révélation faite par le chercheur américain Simon Henderson dans un article publié sur le site du think tank The Washington Institute for Near East Policy (Winep). Dans son analyse où il expose sa vision de la crise dans le Golfe, l’auteur note que les autorités des deux émirats rivaux font souffler le chaud et le froid.

Publié dans Actualités du Qatar

DonaldTrumpTrumpMeetsQatarEmirSheikhVeynGYAEr llC'est une forme de revirement de la posture des Etats-Unis dans la crise du Golfe. Suite à un entretien téléphonique entre les deux chefs d'Etats, la Maison-Blanche a fait état d'une convergence de vue entre Doha et Washington sur plusieurs dossiers, notamment la lutte contre le terrorisme. Un virage qui permet d'espérer une forme de détente dans la crise actuelle.

Publié lundi 15 janvier, le communiqué de la Maison-Blanche constitue un évènement qui est de nature à faire bouger les lignes dans la crise que vit la région du Golfe depuis juin dernier. Alors qu'il avait été en pointe dans la dénonciation du Qatar - accusant même Doha d'être un soutien du terrorisme - Donald Trump a en effet pris le contre-pied de ses déclarations précédentes.

Publié dans Actualités du Qatar

GeneveC’est une nouvelle illustration de la guerre médiatique que livrent les pays du blocus au Qatar. Profitant des accusations lancinantes présentant Doha comme un sponsor du terrorisme, un média saoudien a cru bon de relayer un hoax affirmant que le gouvernement suisse avait lancé "une enquête au sujet du soutien du Qatar à des organisations terroristes".

Mardi 9 janvier, le compte Twitter « Infographic_ksa » publie un scoop qui semble revêtir une importance majeure dans le lourd dossier de la lutte des Etats européens contre le fléau du terrorisme. Informant ses quelques 320 000 followers, le média annonce que le « gouvernement suisse a débuté une enquête au sujet d’un soutien du Qatar à des organisations terroristes ». Le tweet poursuit en affirmant que cette investigation se mène « dans plusieurs capitales à travers le monde, visant des personnalités et des sociétés suspectes ».

Publié dans Actualités du Qatar

n TAMIM QATAR large570La crise entre les pays du Golfe est entrée dans son septième mois et il parait difficile d’espérer une amélioration de la conjoncture à court terme. Au delà de la dispute diplomatique, le niveau des atteintes aux droits de l’homme révélé au grand jour par un rapport onusien donne une indication de la profondeur du clivage entre les protagonistes.

Il s’agit de la première réaction publique issue d’un document détaillé rédigé par une institution onusienne au sujet de la crise dans le Golfe. Lundi 8 janvier, le Haut-Commissariat des droits de l’homme de l’ONU (HCDDH) a en effet remis son rapport d’enquête au Comité national des droits de l’homme du Qatar. Fruit d’une investigation réalisée entre le 17 et le 24 novembre au Qatar au cours de laquelle les fonctionnaires onusiens ont pu échanger avec plus de vingt organismes différents (tant gouvernementaux qu’appartenant à la société civile), le HCDDH en est arrivé à la conclusion que la décision prise par le Quartet (Arabie Saoudite, Emirats arabes unis, Bahreïn et Egypte) apparaît “disproportionnée”, “arbitraire” et même “discriminatoire”. Largement passé sous silence par les organisateurs du blocus et, a contrario, abondamment relayé dans la presse qatarie, ce rapport vient confirmer les conclusions déjà relevées par plusieurs ONG de défense des droits de l’homme.

Publié dans Politique

693724416Le Comité national des droits de l'homme du Qatar vient de produire un document exhaustif récapitulant l'ensemble des atteintes aux droits causées par l'embargo. Décidé le 5 juin dernier, ce blocus a porté préjudice à des milliers de personnes qui ont vu leurs droits de circulation et d'éducation bafoués.

Créé par un décret du gouvernement en 2002, le National Human Rights Committee (NHRC) est une organisation dont le but est de défendre les droits de l’homme dans l’émirat. Depuis sa naissance, cette instance a collaboré avec diverses organisations de défense des droits humains tels Amnesty International et Human Rights Watch. Preuve de cet engagement, le NHRC a bénéficié d’une certaine reconnaissance sur le plan mondial ; il est ainsi accrédité auprès du Comité international de coordination des institutions nationales des droits de l’homme.

Publié dans Actualités du Qatar

000 bw8q2 0Credit : AFPLe premier ministre éthiopien a effectué une visite officielle de deux jours au Qatar. Débuté mardi 14 novembre, ce déplacement est le premier d'un chef de gouvernement d'Afrique sub-saharienne depuis le début de la crise du blocus qui a commencé le 5 juin dernier. 

L'Éthiopie n'est plus ce pays frappé par la famine et qui se classe en queue de peloton des nations africaines en matière de développement. Loin de l'époque des années 80 où le pays était connu dans le monde entier comme étant l'un des plus pauvres de la planète, la situation s'est depuis notoirement retournée, en particulier depuis le début des années 2000. Le pays affiche un taux de croissance économique qui s'élève parfois à deux chiffres et un taux de croissance démographique qui en fait l'un des géants de l'Afrique de demain. L'Éthiopie est également considéré comme le poids lourd en terme stratégique, militaire et économique de la région de la Corne de l'Afrique.

Publié dans Actualités du Qatar

qatarunescoL'élection à la tête de l'Unesco s'est finalement conclue par une victoire de la Française Audrey Azoulay. Malgré la satisfaction de voir une femme désignée une nouvelle fois à la tête de l'organisation, ce scrutin a surtout illustré les dysfonctionnements d'un ordre international dont le renouvellement fait désormais figure d'urgence.

Au départ, ils étaient huit. Du Guatemala au Viêt-Nam en passant par la Chine et le Liban, huit pays avaient comme rêve de voir leur représentant occuper le poste tant convoité de directeur général de l'Unesco. Néanmoins, si certains savaient que leur démarche n'avait aucune chance d'aboutir, l'inverse était bien réel pour les prétendants des pays arabes. Car selon la coutume de la "rotation géographique", la fonction de patron de l'institution sise place de Fontenoy dans le VIIe arrondissement à Paris devait cette fois-ci échoir, pour la première fois depuis 1945, à un diplomate du Machrek.

Publié dans Société

telechargement

Entretien avec Younès Belfellah, économiste, chercheur et enseignant à l’Université de Lille.

1) Vous êtes un spécialiste des questions économiques relatives au monde arabe. Le récent blocus contre le Qatar a eu pour conséquences des difficultés de plusieurs natures pour Doha. Quelles sont exactement les répercussions économiques et financières pour l’émirat gazier ?

Ce blocus est sans précédent dans la région du Golfe et ses répercussions économiques négatives restent très limitées à l’exception des pertes dues à l’embargo aérien qui dure depuis plus de trois mois. Malgré cette situation malheureuse, on n’enregistre pas un impact fort sur l’économie du Qatar. Ce dernier a réussi à mettre en place une stratégie de crise fondée sur une diplomatie proactive et efficace doublée de mesures économiques vouées à freiner les effets du blocus.

Publié dans Trois questions à

top 4Credit : MEEELe site d'information Middle East Eye (MEE) a consacré une enquête sur la question de la popularité de l'élite dirigeante du Qatar à l'heure de la crise du Golfe. L'Observatoire du Qatar est cité. Extraits : 

DOHA – Sur la corniche, un vent chaud vient caresser les immenses tours de la nouvelle partie de la capitale qatarie. Des voitures imposantes s'agglutinent le long de la côte. Des hommes en dishdasha blanches et des femmes en abaya noires affluent. Il y a de jeunes hommes, des mères de famille, des personnes âgées et des enfants. Voir les Qataris investir ainsi les rues relève du miracle.

Page 1 sur 3