Le Maroc et le Qatar veulent renforcer leur coopération bilatérale

mercredi, 14 mars 2018 12:33

73fadf953c406dc2e2dd0885f41b5b35Credit : Lematin.maA l’occasion de la visite du Premier ministre qatari à Rabat, les deux pays ont annoncé vouloir booster leurs échanges commerciaux. Dans ce cadre, pas moins de onze protocoles d’accord ont été signés.

Même s'il est considéré par Doha comme un allié stratégique d’importance, le Maroc ne s’est pas encore hissé comme un partenaire économique de poids pour l’émirat gazier. C’est certainement ce déficit qu’ont souhaité combler les deux chefs de gouvernement réunis lundi 12 mars dans la capitale du royaume chérifien.

Un volume commercial bilatéral faible

Il faut dire que les chiffres sont en deçà des espérances. Selon les derniers comptes communiqués par l’agence de presse officielle marocaine, le niveau des échanges commerciaux n’a pas dépassé en 2017 la barre des 290 millions de riyals qataris (l’équivalent de 64 millions d’euros). En dépit d’une légère amélioration par rapport à l’année précédente (267 millions de riyals qataris en 2016), ce volume ne reflète pas la bonne santé des relations au niveau politique et le désir des deux parties à renforcer leur partenariat. Sur le plan comptable, le Maroc exporte essentiellement à destination de son partenaire des légumes, des fruits et du prêt-à-porter. Il en importe des produits d’aluminium et du polyéthylène.

Dans ce cadre, le Premier ministre et ministre de l’Intérieur du Qatar, cheikh Abdallah ben Nasser ben Khalifa al-Thani a co-présidé avec son homologue marocain, Saaddine al-Othmani la septième session de la haute commission mixte de coopération bilatérale. Cette commission se réunit tous les deux ans pour évaluer le bilan stratégique bilatéral et initier des nouvelles pistes de collaboration. La précédente réunion avait eu lieu en avril 2016 à Doha.

A l’occasion de la visite du chef du gouvernement qatari, onze protocoles d’accords et mémorandum d’entente ont été paraphés couvrant des secteurs aussi variés que la coopération agricole et éducative, la pêche maritime, l’immobilier ou la lutte contre le blanchiment d’argent. Les banques centrales des deux pays se sont également entendues sur un partenariat relatif au contrôle des institutions financières.

Lune de miel diplomatique

Le Maroc et le Qatar ont tenu à établir depuis de nombreuses années un dialogue stratégique très favorable. En témoignent les nombreuses visites privées et officielles de l’émir Tamim et d’une partie de sa famille dans le royaume chérifien reconnu pour son climat idéal et sa stabilité politique. De même, au début de la crise du Golfe initiée en juin dernier, Rabat avait opté pour un geste remarqué avec l’envoi de plusieurs avions remplis de denrées humanitaires à destination de Doha. Malgré le statut d’équilibriste qu’il a souhaité tenir tout au long de la crise – posture certainement motivée par les nombreux investissements détenus par les pays du blocus en particulier les Emirats arabes unis et l’Arabie saoudite - ce geste de Rabat avait quelque peu tendu les relations entre le royaume et les membres du Quartet.

Sur un autre volet politique et concernant un sujet hautement sensible pour la diplomatie chérifienne, le Qatar a rappelé sa position sur la question du Sahara occidental, réitérant son avis qui s’aligne sur Rabat et prône la « marocanité » du territoire.

Laissez un commentaire