Le Premier ministre éthiopien en visite à Doha pour renforcer la coopération bilatérale

mercredi, 15 novembre 2017 19:25

000 bw8q2 0Credit : AFPLe premier ministre éthiopien a effectué une visite officielle de deux jours au Qatar. Débuté mardi 14 novembre, ce déplacement est le premier d'un chef de gouvernement d'Afrique sub-saharienne depuis le début de la crise du blocus qui a commencé le 5 juin dernier. 

L'Éthiopie n'est plus ce pays frappé par la famine et qui se classe en queue de peloton des nations africaines en matière de développement. Loin de l'époque des années 80 où le pays était connu dans le monde entier comme étant l'un des plus pauvres de la planète, la situation s'est depuis notoirement retournée, en particulier depuis le début des années 2000. Le pays affiche un taux de croissance économique qui s'élève parfois à deux chiffres et un taux de croissance démographique qui en fait l'un des géants de l'Afrique de demain. L'Éthiopie est également considéré comme le poids lourd en terme stratégique, militaire et économique de la région de la Corne de l'Afrique.

Cette situation nouvelle en a fait une nation courtisée au niveau international. Aussi, la Chine est désormais très présente dans le tissu industriel national et des pays comme l'Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis ont multiplié les investissements au cours de la décennie écoulée. Le Qatar n'est pas en reste, lui qui a récemment ouvert une ambassade à Addis-Abeba. L'émir Tamim y a même effectué une visite en avril dernier et son père Hamad s'était également rendu en voyage officiel en avril 2013. Depuis cette date, les relations bilatérales n'ont fait que de se renforcer, Qatar Airways ouvrant même de plus en plus de liaisons avec un pays au fort potentiel de croissance.

Mardi 14 novembre, le premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn s'est donc rendu à Doha où il a rencontré son homologue et plusieurs autres officiels. D'après certains observateurs, ce voyage est destiné à démontrer l'indépendance de l'Éthiopie face aux pressions saoudiennes qui souhaitaient qu'Addis-Abeba rompe ses relations avec l'émirat gazier. Ce déplacement est d'autant plus historique que les deux pays ont vécu un moment de tension, l'Éthiopie accusant Doha de soutenir des mouvements séparatistes qui déstabilisent la Corne de l'Afrique.

Laissez un commentaire