Après la Malaisie, l'émir du Qatar en visite à Singapour

mardi, 17 octobre 2017 14:03

najib emir1610Credit : Malay Mail OnlineL'émir du Qatar effectue en ce moment une visite dans plusieurs pays d'Asie. Cette tournée s'inscrit dans le cadre du renforcement des relations entre Doha et certains pays du continent qui constituent des débouchés majeurs de l'activité gazière de l’émirat.

C'est la deuxième tournée internationale que réalise le souverain qatari depuis le début de la crise du Golfe ouverte le 5 juin dernier. Après son déplacement dans les pays occidentaux en septembre où il a visité successivement l'Allemagne, la France et les États-Unis, le jeune chef d'État a opté cette fois pour un déplacement de plusieurs journées en Asie. Alors que la tension avec les voisins du Golfe semble s'éterniser, l'objectif de Doha est de démontrer sa capacité à résister pour une longue période.

La tournée asiatique de cheikh Tamim ben Hamad al-Thani a ainsi débuté dimanche 15 octobre en Malaisie. À Kuala Lumpur, l'émir a rencontré son homologue et a participé à plusieurs réunions. Ensemble, ils ont paraphé une dizaine d'accords renforçant la coopération bilatérale notamment dans le secteur universitaire, du tourisme, de la santé et de la formation diplomatique. Accompagné d'une importante délégation et de son ministre des Affaires étrangères, le chef d’État qatari n’a pas tari d’éloges sur la trajectoire de son partenaire qui a longtemps fait partie des « Tigres asiatiques ».

Sur un plan diplomatique, le choix de débuter par la Malaisie répondait à des considérations politiques précises. Poids lourd de la communauté musulmane asiatique, Kuala Lumpur pèse dans les enceintes internationales, notamment celles qui concernent la sphère islamique à l’image de l’Organisation de la coopération islamique qui regroupe les 57 États musulmans de la planète. Preuve de cette prestance, un analyste politique malais a donné un entretien à la chaîne al-Jazeera dans lequel il mentionnait qu’au début de la crise, les pays du blocus ont tenté de faire pression sur le gouvernement pour l’inciter à s’aligner sur l’embargo. Le refus des autorités qui ont préféré une attitude de neutralité et qui appellent au respect du dialogue n’est donc pas fortuit dans la décision de l’émir de faire de Kuala Lumpur la première étape de sa tournée dans la région.

Après cette étape en Malaisie, le chef d’État s’est envolé pour Singapour pour deux jours avant de poursuivre son périple dans d’autres pays du continent. Il doit aussi visiter l'Indonésie, pays musulman le plus peuplé au monde.

Laissez un commentaire