Le ministre de l’Energie estime que le marché du pétrole a amorcé un « rééquilibrage »

mardi, 02 mai 2017 17:39

OPEPCredit : Le MatinMalgré un cours du pétrole qui reste sous la barre des 50 dollars, le Qatar estime que ce prix du marché constitue un tarif médian dont il faudra se contenter à court terme.

Mohamed Saleh al-Sada, ministre de l'Energie du Qatar, a affirmé il y a quelques jours que le marché pétrolier avait amorcé un "rééquilibrage" au cours d'un colloque organisé par le think tank Atlantic Council à Istanbul. Optimiste, cette déclaration tranche avec la lecture que font d’autres opérateurs de la région du Golfe qui craignent qu’un prix de l’or noir stabilisé autour des 50 dollars ne permette pas un redémarrage de la machine économique. 

Cette situation de morosité qui frappe le secteur des hydrocarbures est favorisé par le fait que, malgré deux accords de limitation de l'offre conclus ces derniers mois par l'Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole), le cours de l’or noir ne bénéficie pas d’une hausse marquante et continue. Certes, les prix s’étaient momentanément envolés au début de l’année 2017 suite à l’entrée en vigueur des accords mais ils ont rapidement décroché douchant ainsi les espoirs des gouvernements qui misaient sur une reprise pour résorber leur déficit. Malgré la réduction de 1,8 million de barils par jour de l’offre mondiale et l’acceptation par la Russie de réduire sa production, force est aujourd’hui de constater que le marché ne parvient pas à satisfaire les pays pétroliers qui, pour beaucoup, font face à des situations budgétaires délicates.

Prenant le contre-pied de ce climat général, le ministre qatari s’est voulu confiant en assurant que "l'accord a été très concluant et il a contribué au processus de rééquilibrage. (Le marché) se reprend et nous prévoyons que le rééquilibrage sera plus soutenu lors du second semestre".

Néanmoins, il se pourrait que les choses viennent à bouger assez rapidement. L’Opep doit en effet se réunir au cours du mois de mai pour évaluer la situation et prolonger l’accord de réduction pour le restant de l’année.

 

Laissez un commentaire